12ème lettre sociale congolaise : Quid du plan – triangle « Rdc- Rwanda – Ouganda »

«  C’est une règle générale : l’homme  qui réussit  le  mieux dans la vie  est celui qui détient la meilleure information ».  Benjamin Disraeli.

                                                       

Chères lectrices, chers lecteurs,

  1. Médiacongo.net a livré à ces lectrices et lecteurs, ce jeudi 15 septembre 2022, le plan-triangle « Rdc-Rwanda-Ouganda » proposé à Bukavu par le Président National du Parti UNC comme plan de sortie de l’insécurité dans l’Est de la République démocratique du Congo.
  2. Toujours selon ce même médias, le Président National de l’UNC a théorisé ce plan par une figure géométrique, à savoir le triangle, où il y a la RDC au sommet et à la base, d’un côté, le Rwanda et, de l’autre, l’Ouganda pour placer  le M23 au milieu.
  3. Pour des raisons didactiques, ce plan s’illustre  comme suit :

  1. Médiacongo.net revient aussi sur les propos du Président National de l’UNC qui a dit : «  Si nous voulons résoudre ce problème, nous en tant que congolais, nous devons demander à nos frères de libérer Bunagana, de déposer les armes et leurs revendications seront examinées en toute sincérité ».
  2. Dés lors, les questions qui traversent mon esprit après lecture de ce plan proposé par le Président National de l’UNC et ses propos  sont les suivantes :
  • A qui profitera  ce plan ?
  • Doit- on récupérer  Bunagana ou demander sa libération ?
  • Quelles sont les conséquences qui découleront de l’application de ce plan ?
  1. Dorénavant, je postule, à la première question, qu’aucun congolais épris du sens de l’histoire ne peut admettre le plan –triangle « Rdc-Rwanda-Ouganda » comme une solution à l’insécurité dans l’Est de la République démocratique du Congo. Par Conséquent, ce plan profitera toujours au Rwanda et à l’Ouganda qui convoitent les richesses naturelles de la RDC.
  2. A la deuxième question, je postule qu’au cours de l’histoire de l’humanité, la paix n’a jamais été octroyée, mais elle a toujours été conquise  au prix d’une haute lutte. Donc, il importe de récupérer  Bunagana par la conquête de la paix.  Demander  au M23 de libérer  Bunagana serait donc encourager les sieurs  qui prennent des armes et tuent les congolais  pour avoir des avantages particuliers au mépris souverain des normes sociales établies.
  3. Je reviens à dire et prévenir avec Mabika Kalanda (1965 : 46) que le sens de l’histoire invoqué au point 5 de la présente lettre sociale veut que «  dans tout ce que l’on fait, l’on ne perde pas de vue les expériences du passé, surtout quand il s’agit des intérêts du pays ».
  4. Sur ce, les expériences du récent passé congolais renseignent que le Rwanda et l’Ouganda, qui constituent  la base du triangle proposé par le président national de l’UNC, sont les deux pays qui  se sont  battus sur le sol congolais pour leurs intérêts au détriment des vies des milliers des congolais.  La guerre de six  jours  à Kisangani, chef-lieu de la province Tshopo, suffit pour soutenir l’idée de la convoitise de ces deux pays. Je ne cesse d’entendre chaque jour les réclamations des victimes de cette guerre.
  5. Faut- il rappeler que le Rwanda et l’Ouganda ont en commun la Grande Bretagne et les Etats Unis d’Amérique comme Maîtres. La position de leurs maîtres vis-à-vis de la RDC a toujours été ambiguë. Il demeure ainsi fondé de mentionner que les prétentions du M23 sur la RDC sont nourries et alimentées par le Rwanda tout comme celles du Rwanda sur la RDC sont nourries et alimentées par ses maîtres depuis 1996.
  6. Il convient alors de préciser en ce qui concerne la position du M23 dans ce triangle que c’est le Rwanda qui est au centre de ce triangle via le M23 et à la base par lui-même.
  7. A voir de très près, ce triangle représente exactement la réalité de certaines localités de l’Est de la République démocratique du Congo où le Rwanda règne en maître de terrain, c’est-à-dire à la base comme présenté dans le triangle, Bunagana en est une de ces localités. Dorénavant, il est illusoire de penser que le Rwanda peut contribuer à la restauration de la paix à l’Est de la RDC.
  8. A la troisième question, je postule aussi que toute tentative d’application de ce triangle donnera lieu à la production des écrits qui vont certainement falsifier la vérité historique holistique congolaise.
  9. L’on se souviendra que le Dialogue Intercongolais fut organisé après que la RDC ait été le champ de bataille des forces négatives pro rwandaises et ougandaises.
  10. C’était dans l’ambiance de la résonnance de crépitement des balles qu’a été signé le 17 décembre 2002 à Pretoria, en République Sud-Africaine, l’Accord Global et Inclusif. Cet Accord a falsifié l’histoire sociopolitique de la République démocratique du Congo, l’histoire écrite qui a commencé vers les années 1885. Je le soin aux historiens, documentalistes, archivistes, anthropologues de restaurer l’histoire sociopolitique vraie du Congo.
  11. Car, outre les pillages des richesses et ressources naturelles de la République démocratique du Congo, la finalité de tout ce qui se passe à l’Est de la RDC est d’effacer et d’arrêter l’histoire de tout un peuple. Cette entreprise réussit souvent avec la complicité des congolais assoiffés d’argent et du pouvoir politique.
  12. Heureusement, aujourd’hui, la plupart des congolais ont pris conscience de cet état des choses. Si le M23 a difficile à progresser, c’est grâce à cette prise de conscience collective.
  13. Tout compte fait, la sécurité de la République démocratique du Congo en général et, en particulier, celle de l’Est de la RDC est une affaire purement interne, c’est-à-dire congolo-congolaise. Chaque congolais doit la considérer comme reposant sur ses épaules. Ainsi donc, les congolaises et congolais se doivent de se mobiliser davantage comme d’habitude pour soutenir les forces armées congolaises afin qu’elles assurent la sécurité de notre pays tout en récupérant Bunagana. Et c’est possible avec la détermination pour notre dignité et notre honneur communauté humaine.

             J’ai fait ma part. Si vous êtes intéressés par cette lettre sociale congolaise, rejoignez la coupe pleine au numéro +243 994 994 872 et à l’e-mail jsphngandu@gmail.com  pour la suite.

         Fait à Kinshasa, le 18 septembre 2022

                              Jean Joseph NGANDU NKONGOLO

Spécialiste  et Expert en Anthropobibliologie du Travail, Formateur Psycho Socio Professionnel et  Chercheur à l’Observatoire Congolais du Travail.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube