A 24 heures de la fin du moratoire: Marcel Utembi sollicite une prolongation

Alors que les six autres confessions religieuses s’étaient réunies hier lundi au siège de la Commission d’Intégrité et Médiation Electorale (CIME), au niveau de la présidence de la plateforme, Monseigneur Marcel Utembi a sollicité une prolongation du délai de 72 heures leur accordé par le président de l’Assemblée nationale.

Sur Twitter, la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) a indiqué que : « l’archevêque Marcel Utembi est arrivé et nous avons écrit au Président de l’Assemblée nationale pour lui demander une prolongation afin de nous permettre de travailler en toute sérénité, vu que sa correspondance nous adressée n’est parvenue que ce matin ».

En réaction contre la réunion convoquée par l’Eglise du réveil au Congo (ERC), les églises indépendantes du Congo, la communauté islamique du Congo, l’église Kimbanguiste, l’Armée du Salut et l’église Orthodoxe, le secrétaire général de la CENCO, l’abbé Donatien Nshole a fait savoir qu’il ne s’agissait pas d’une première rencontre entre le groupe de Dodo Kamba.

« Ce n’est pas la première fois qu’ils se réunissent à six sans les deux autres. La correspondance de l’Assemblée nationale a été reçue samedi dans l’après-midi. C’est aujourd’hui que le bureau de la CENCO a été saisi officiellement… Il n’y aura pas une réunion de la plateforme aujourd’hui (lundi). La charte est claire, c’est le président de la plateforme qui convoque les réunions. Il le fait quand les conditions sont réunies. On peut se demander à partir de quand court ce délai », avait-il affirmé hier, avant d’ajouter que les conditions doivent être réunies pour que la réunion soit convoquée.

Par contre, le groupe de six autres confessions religieuses ont déclaré que : « les réunions de la plénière sont convoquées par le président, par le vice-président, en cas d’empêchement de ces derniers, par la majorité de ses membres ».

Pourquoi ne pas se réunir au Centre Interdiocésain, le communiqué du groupe de Dodo Kamba pense que : « compte tenu des désagréments vécus lors des réunions précédentes à la CENCO, notamment les manifestations de la rue et les allégations d’enregistrements illégaux des échanges décident de tenir la réunion pour la circonstance au siège de la CIME dans la commune de Ngaliema ». Nous reviendrons prochainement sur la réunion d’hier tenue à la CIME.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube