A la 10ème Conférence sur la sécurité internationale en Russie : Gilbert Kabanda a réitéré la position de la Rdc sur le non-alignement et la non-ingérence dans les affaires des autres pays

Invité par la Fédération de Russie pour participer à la 10ème Conférence sur la sécurité internationale, le ministre congolais de la Défense nationale, Docteur Gilbert Kabanda Kurhenga y a représenté la Rdc, avant de réitérer la position de la Rdc fondée sur le non-alignement, la non-ingérence et la non-interférence dans les affaires des autres pays.

Le ministre congolais de la Défense nationale, Docteur Gilbert Kabanda Kurhenga revient d’une mission officielle en Russie, où il a pris part à la conférence internationale sur la sécurité. Sur place, le patron de la Défense a rencontré plusieurs personnalités dont le vice-ministre russe de la Défense, avec qui ils ont échangé autour de plusieurs questions liées à la sécurité, mais également les enjeux géopolitiques de l’heure, à savoir le non alignement strict par rapport aux supers puissances, la non-ingérence et la non interférence dans les affaires des uns et des autres sur l’échiquier politique mondial.

Après cette mission, l’on peut constater que plusieurs citoyens congolais de surcroit, reviennent sur la question du non alignement, estimant qu’il s’agissait d’une déclaration propre à Gilbert Kabanda, alors que c’était la position de la République Démocratique du Congo quant à ce.

« Décidément, la plupart des congolais ne sont pas de vrais patriotes aimant leur pays du plus profond d’eux – mêmes, et disposés à défendre coûte que coûte les intérêts d’abord de leur pays face aux enjeux géopolitiques du monde. A observer la mauvaise foi dont font preuve beaucoup de Congolais surtout au sein de la classe politique, ces compatriotes ne sont patriotes que de façade. C’est à croire que l’ennemi du Congolais et du Congo, c’est le congolais lui-même », peut-on lire dans une mise au point venue de la cellule de communication du ministère de la Défense nationale.

Et d’ajouter : « Dès lors, le Congo est-il 62 ans après un pays effectivement indépendant ? Un État souverain ? Quoique le concept de souveraineté est toujours relatif quand il s’agit de la notion de souveraineté au regard des pays du Sud considérés comme faibles en considération des rapports des forces, en comparaison avec les pays dits du Nord. Par rapport à ça, est-il interdit aux Congolais d’affirmer la souveraineté de leur pays dans le concert des nations ?

Faut-il rappeler que nos pères des indépendances africaines à l’instar du congolais Patrice Emery Lumumba avaient déjà donné le ton, annoncé les couleurs notamment en marquant d’une pierre blanche le non alignement des pays africains dans le vaste Mouvement des pays non alignés vidés au jour d’aujourd’hui de sa substance par les puissances occidentales.

Beaucoup de congolais se sont écartés de cette ligne tracée par nos pères des indépendances et considèrent toujours par lâcheté que le Congo doit continuer à afficher un comportement moutonnier. Même 62 ans après, on ne peut pas sortir la tête de l’eau ».

Pour le conseiller en communication du ministre de la Défense nationale de la RDC, « le gouvernement congolais en exercice de pouvoir a été officiellement invité par le gouvernement de la Fédération de Russie à prendre part à la Conférence sur la sécurité internationale la 10ème du nom, aux côtés de 40 autres pays du monde parmi lesquels plusieurs autres pays africains du Nord et du Sud du Sahara. Chaque pays participants a donné sa position en la matière. Et le gouvernement congolais a rappelé sa vision relative à sa politique fondée sur le non alignement, sur la non-ingérence et la non-interférence dans les affaires des autres pays.  Et c’est le ministre de la défense nationale congolais qui été désigné par le Chef de l’État et le Premier ministre pour porter la position du gouvernement de Kinshasa à ces assises.  Par la même occasion, le gouvernement de Moscou a organisé une exposition dite Journée armée et peuple.

D’où vient alors cette manipulation et intoxication par une catégorie des Congolais politiciens à mal de positionnement politique contre le ministre de la Défense nationale qui n’a fait que déclamer ou relayer la position du gouvernement dont il est membre, et pas autre chose ? Et maladroitement, on lui cherche la petite bête, on cherche les poux sur la tête de chauve ».

Aucune décision sur l’Est de la RDC

Est-ce que le ministre Kabanda s’est convenu avec le Wagner russe pour récupérer l’Est de la RDC ? A cette question, ce membre du cabinet du ministère de la Défense répond : « Non, pas du tout. Ce sujet n’a jamais été abordé avec les officiels russes. Notre ministre n’a jamais rencontré le ministre Russe de la Défense nationale, mais plutôt le vice-ministre Russe de la Défense nationale, une autre personnalité de haut rang parmi les décideurs du gouvernement de Moscou. Il n’a jamais été question de Wagner russe pour récupérer l’Est de la RDC ».

Au finish, il indique que : « Wagner est une organisation paramilitaire russe privée composée des mercenaires Russes tolérée par le gouvernement russe et qui actuellement a opéré sur le continent africain pour combattre le terrorisme au Mali et en Centrafrique à la demande des gouvernements malien et centrafricain. Les Américains et leurs alliés Occidentaux ne voient pas de bon œil Wagner russe et sont très critiques, car à leurs yeux  Wagner agit pour le compte du gouvernement russe pour contrer l’influence des Occidentaux en Afrique et ailleurs. Une autre forme de la poursuite de la guerre froide qui ne dit pas son nom »

BM

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube