A la demande de Lamuka: L’Abbé Nshole va-t-il rétirer le mot « extremiste » ?

A la dernière sortie médiatique du Secrétaire général de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), l’Abbé Donatien Nshole qui a traité Lamuka/aile Fayulu et Muzito d’« extrémiste », la réaction n’a pas tardé.

En réponse au mémorandum de Lamuka qui demandait aux leaders religieux de ne pas envoyer leurs délégués à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). M. l’Abbé Donatien Nshole faisait allusion était plus que clair : «  Il ne doit pas nous donner un ordre. Ne pas envoyer les délégués à la CENI, ça serait une décision extrémiste pour les religieux ».

En réaction, le Secrétaire général de l’Ecidé, parti cher à Martin Fayulu Madidi, exige des excuses publiques du prélat catholique.

« Nous demandons à l’Abbé Donatien Nshole de retirer ses propos et de s’en excuser publiquement. Ses propos sont extrêmement graves et dangereux », a dit Devos Kitoko, qui estime que : « le concept extrémiste regorge une charge émotive négative qui compromet la perception que la communauté nationale et internationale ont du combat que mène le président élu Martin Fayulu pour libérer notre pays de la dérive autoritaire et des réseaux mafieux qui saignent les finances publiques et pillent les ressources naturelles de notre pays ».

Et de renchérir : « C’est avec beaucoup d’indignation que nous avons suivi les propos de l’Abbé Donatien Nshole. Son intervention a choqué les consciences collectives des Congolais. Qu’est-ce-qui est extrémiste dans les revendications de Lamuka ? Réclamer la dépolitisation totale de la CENI est une revendication extrémiste ? Dénoncer la loi portant organisation et fonctionnement de la CENI tel qu’adoptée et promulguée, déséquilibrée et porteuse de germes des conflits. Est-ce que c’est une revendication extrémiste ? Est-ce-que toutes les forces vives et politiques qui manifestent au Palais du peuple pour réclamer la dépolitisation totale de la CENI, la révision de la loi organique sur la CENI, le consensus national sur les réformes électorales sont des extrémistes ? », s’est interrogé Devos Kitoko qui est devenu depuis quelques temps, la bouche autorisée de Martin Fayulu.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube