A l’instar de l’Assemblée nationale : Bahati menace les sénateurs absentéistes

Le président du Sénat, Modeste Bahati, ne comprend pas pourquoi certains sénateurs, employés de l’Etat, peuvent être payés sans contrepartie. Et pourtant, si l’Etat paie aux sénateurs les émoluments, c’est à cause du travail qu’ils rendent à la nation. Il a rappelé à ceux qui brillent par les absences prolongées que désormais, le Sénat va rigoureusement appliquer les dispositions du règlement intérieur.

Le Sénat a, au cours d’une plénière tenue   ce jeudi 29 septembre  adopté le calendrier de la session parlementaire ouverte il y a deux semaines. Ce calendrier adopté par la Chambre haute compte au total 14 matières, parmi lesquelles 10 nouvelles et 4 arriérés législatifs. Au cours de  cette plénière présidée par le président de cette institution,  Modeste Bahati Lukwebo, les élus des élus ont, à l’unanimité adopté ce canevas qui va guider les travaux au cours de cette session  essentiellement  budgétaire.

Rien du travail parlementaire n’est  exclu. Outre  l’examen de la loi des finances 2023, le contrôle parlementaire sera également au rendez-vous de cette session à travers des interpellations, questions orales, questions d’actualités, et des  commissions d’enquêtes. L’objectif étant de rendre le travail efficace au niveau de la Chambre haute du Parlement, Modeste Bahati a saisi cette occasion pour  rappeler  à l’ordre les sénateurs absentéistes, pour qu’ils cessent avec cette pratique,  au risque de perdre leur mandat comme le prévoit le règlement d’ordre intérieur de cette institution. Règlement  stipule en effet,  dans l’une de ses dispositions,  qu’un sénateur qui accumule sans justification plus d’un quart d’absences  au cours d’une session verra son mandat être invalidé.

 « Nous sommes dans une institution sérieuse. Nous devons aussi être conscients que nous sommes les employés de l’Etat. Nous sommes les salariés de l’Etat et qu’on ne peut pas détenir un salaire s’il n’y a pas de contrepartie. Si l’Etat nous paie les émoluments, c’est à cause du travail que nous devons faire pour la nation. S’il n’y a pas des raisons valables pour que quelqu’un s’absente, logiquement, il ne devait pas être payé. Le règlement a été large en laissant un bon nombre d’absences, mais lorsque vous dépassez le quart, vous perdez votre mandat. Dites aux uns et aux autres qui brillent par des absences prolongées que désormais nous allons appliquer rigoureusement les dispositions de notre règlement intérieur », martèle-t-il.

Signalons qu’au cours de la même plénière,  le Sénat a autorisé la prorogation de l’état de siège décrété par le Chef de l’Etat dans une partie du territoire national.

Faisant d’une pierre deux coups, le speaker du Sénat Modeste Bahati a salué le discours tenu par le  Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi  à la tribune de la 57eme Assemblée générale des Nations Unies. Discours  condamnant sur un ton ferme  l’agression et l’occupation d’une partie de la  Rdc par le Rwanda,  toute en appelant la population à la mobilisation générale pour défendre la patrie.

Jean-Marie Nkambua

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube