Après leur retraite de 5 jours : Rose Mutombo reçoit 13 recommandations du personnel pénitentiaire féminin

Les membres du personnel pénitentiaire féminin du ministère de la Justice, à travers Lydia Masika, directrice et chef de service pénitentiaire, ont remis à la ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Rose Mutombo Kiese, les 13 recommandations de leurs travaux qui se sont déroulés à Kinshasa.

Pendant cinq jours, les femmes pénitentiaires étaient en retraite au quartier général de la Monusco.

« Nous étions réunies entre nous pour discuter de nos problèmes et passer en revue nos conditions de travail, notre situation sociale et éventuellement voir dans quelle mesure nous pouvons prendre des stratégies en parlant des problèmes de femmes pénitentiaires. Nous avons voulu parler de l’intégration du genre dans la gestion des prisons, prendre en compte des femmes détenues et nous femmes qui travaillons dans les prisons », a déclaré Lydia Masika.

Ces femmes ont présenté les recommandations auprès de la ministre d’Etat, ministre de la Justice, leur autorité qui les accompagne au quotidien.

« Nous souhaitons qu’il y ait un cadre qui intègre le genre dans le domaine pénitentiaire, l’amélioration de nos conditions de travail des femmes qui œuvrent au sein des prisons et des femmes incarcérées également ».

Le personnel pénitentiaire féminin a plaidé pour que les femmes détenues bénéficient d’une certaine amélioration des conditions carcérales en tant que femmes. Dans tous les pays du monde, il n’y a pas de paix sans question de genre.

« Nous qui travaillons dans les prisons, nous savons que la paix passe notamment par l’amélioration des conditions carcérales. Donc, nous savons que nous pouvons apporter un plus dans la gestion de la chose publique en tant que femmes pénitentiaires partant de nos expériences ».

La ministre d’Etat a encouragé le personnel pénitentiaire féminin.

« Elle nous a dit que nous soyons beaucoup plus intègres dans nos prestations. Elle nous a encouragé de faire plus et être plus efficace notamment en améliorant nos capacités par les différentes formations ».

Rose Mutombo Kiese a promis à ces femmes son accompagnement dans les différentes formations à l’étranger dans le sens de voir ce qui se fait ailleurs si pas copier mais en tout cas faire plus ou moins la même chose parce que la création des prisons des femmes dans d’autres cieux peut se faire en RDC.

« Comme nous sommes toutes déterminées à mettre la main dans la patte et bien nous ferons les grandes choses. Au bout d’une année, comme vous les savez, la ministre d’Etat a initié des projets de construction des prisons à travers le pays, des projets de délocalisation de certaines prisons. Nous, nous comptons sur son accompagnement qui est régulier pour faire plus ».

Quid des recommandations

A l’issue des différents travaux et échanges lors de la retraite, il est ressorti quelques préoccupations qui ont été formulées en recommandations suivantes : La prise en compte des recommandations des différents voyages d’études organisées par l’Unité d’Appui à l’Administration Pénitentiaire de la MONUSCO au profit du personnel pénitentiaire de la RDC ; L’unification de l’Administration Pénitentiaire congolaise ; L’élaboration d’un recueil de textes législatifs relatifs au genre en milieu carcéral ; La mise en place d’un cadre organisationnel des femmes en milieu pénitentiaire en RDC ; L’engagement et l’accompagnement des hommes auprès du personnel pénitentiaire féminin pour rendre effective la masculinité positive en vue c soutenir le système genre ; L’organisation régulière de la retraite des personnels pénitentiaires féminins de la RDC ; Le raffermissement du leadership du personnel pénitentiaire féminin pour une gestion efficace des postes stratégiques.

Elles ont aussi recommandé la formation de toutes les femmes de l’Administration pénitentiaires sur les règles de Bangkok ; La Poursuite et l’accélération de la réforme du système pénitentiaire en intégrant les défis liés au genre en milieu carcéral et la recherche des partenaires pour l’appui à sa mise en œuvre ; La sensibilisation des associations et des agences œuvrant pour le genre à intégrer la question du genre en milieu pénitentiaire dans leur programme d’activités ; La demande d’une rencontre de travail entre la représentante du Secrétaire General de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et le personnel pénitentiaire féminin de la RDC sur le leadership féminin ; La mise en œuvre de la stratégie genre issue de la présente retraite et la recherche des financements pour son effectivité ; La réalisation d’une étude sur l’intégration du genre en milieu pénitentiaire en RDC avec l’appui des partenaires.

BM

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube