Après un semestre : Jeanne Blandine Kawanda signe le grand retour de la DGDA

Plusieurs actions de taille sont signalées à la Direction générale des douanes et accises, depuis l’avènement de Jeanne Blandine Kawanda, il y a à peine un semestre. Et l’heure est venue d’en parler, se limitant uniquement à la maximisation des recettes douanières et accisiennes, sans toucher pour l’instant, au social des cadres et agents de cette régie financière qui s’améliore chaque jour davantage.

C’est un secret de Polichinelle. Pour le seul mois de juin 2022, la Direction Générale des Impôts (DGI), a mobilisé 508,2 milliards CDF, soit 125% sur les prévisions de 405,5milliards CDF.

Avec ce score, elle se place en tête des régies financières, suivie de la Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA) qui a mobilisé 304,2 milliards de CDF, soit 82% sur les prévisions de 370,7 milliards de CDF, et la Direction Générale des Recettes Administratives, Domaniales, Judiciaires et de Participation (DGRAD) qui a collecté 274,9 milliards de CDF, soit 102% de ses prévisions arrêtées à 270,3 milliards de CDF.

A en croire les statistiques, plus de 1.087 milliards de CDF ont été mobilisés, sur des prévisions des recettes budgétaires arrêtées à 1.047 milliards de CDF, soit un taux de réalisation de 104%.

Le cumul des recettes au premier semestre 2022 représente un total de 9.699,1 milliards de CDF, un taux de réalisation de 66% par rapport aux prévisions annuelles fixées à 14.790,7 milliards de CDF.

Comparées aux recettes réalisées lors du premier semestre 2021 qui étaient de 5.402,4 milliards de CDF, il se dégage un écart positif de 4.315,1 milliards de CDF (plus de 2,150 milliards USD), soit une augmentation de 80%.

Il faut noter que, cette situation permet de consolider ainsi la tendance haussière des recettes déclenchée depuis avril 2021.

En ce qui concerne les dépenses, les chiffres provisoires indiquent, que pour le mois de juin 2022, un total de 2.057,1 milliards de CDF contre 8.781,4 milliards de CDF en cumul annuel. Plusieurs facteurs contraignants ont justifié cette pression sur le Trésor Public.

Quoi qu’il en soit, cette femme, la Jeanne d’Arc de la douane congolaise, est déterminée à redorer le blason terni de la DGDA, mieux à revêtir la régie de sa plus belle robe, au grand dam de ceux qui ne lui accordaient aucune chance aux destinées de cette boîte pourvoyeuse traditionnelle des recettes, au profit du Trésor public.

BM

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube