Assemblée nationale : l’état de siège en Ituri et au Nord-Kivu prorogé pour la 25ème fois

Sur 405 députés présents dans la salle de plénière, 401 ont voté oui, 3 se sont abstenus, et 1 a voté contre.

Les élus nationaux ont, au cours de la plénière de ce jeudi 2 juin 2022, décidé d’autoriser la prorogation de l’état de siège, pour la 25è fois, dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu. Et cela, sans débat général étant donné l’insécurité consécutive à l’agression du pays les troupes rwandaises. C’est la quintessence de la motion d’ordre soulevé par le député national Mwamba.

Bien auparavant, Christophe Mboso N’Kodia Pwanga, président de l’Assemblée nationale a déroulé l’ordre du jour de la séance qui comportait deux points, à savoir examen et vote du projet de loi portant autorisation de la prorogation de l’état de siège sur une partie du territoire  de la RDC ainsi  que l’examen et vote de la proposition de loi modifiant et complétant la loi n°06/006 du 9 mars 2006 portant  organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines municipales et locales telle que modifiée et complétée à ce jour.

Concernant cette proposition de loi, a poursuivi le speaker de la Chambre basse du Parlement, les délibérations de la représentation nationale devraient porter sur le texte élaboré par la commission Politique, administrative et juridique (PAJ) ainsi que le rapport y relatif.

Parole a donc été donnée à la ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des sceaux, Rose Mutombo, pour présenter l’économie du projet de loi. Du point de vue de la ministre d’Etat, la énième demande d’autorisation a pour finalité l’anéantissement de l’ennemi et le retour de la paix dans ces provinces troubles de la partie orientale du pays.

Au regard des actions entreprises par les Forces armées et de défense en vue de repousser les récentes incursions des terroristes de M23 et l’égression du pays par le Rwanda, le gouvernement avait décidé que le chef de l’Etat saisisse l’Assemblée nationale et le Sénat afin de solliciter une nouvelle prorogation de l’état de siège, conformément à l’article 144, alinéa 5 de la Constitution.

Et en attendant les conclusions de la table ronde annoncée par le président de la république dont la tenue est imminente pour lever les options sur l’état de siège et l’agression du pays, cette énième prorogation se justifie bien.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube