Atundu conseille de mettre les Congolais qui veulent combattre dans le circuit de la formation militaire

Peut-on autoriser aux Congolais de porter les armes, pour en finir avec le Rwanda, ou avec d’autres groupes armés qui font la loi dans l’Est du pays ?

A cette question, M. Atundu, du reste PCA de la Snel,  pense que cela exprime au moins la conscience nationale de chaque congolais sur la nécessité de défendre son pays et de donner sa vie.

Seulement, il faut éviter de faire le galvache, c’est-à-dire, affronter le danger sans préparation. « Vous avez vu en Ukraine, beaucoup de civils meurent. Il y a en qui sont victimes des bombardements. Il y a en à qui on a donné les armes, mais qui ne sont pas assez outillés comme les militaires en face », dit-il.

Et d’ajouter qu’ici chez nous, que l’on puisse lever une mobilisation, dans le but de mettre les Congolais qui veulent combattre dans le circuit de la formation des militaires. Il faut éviter de prendre de telles décisions à partir des récriminations de la rue.

Au regard de ceux qui veulent privilégier l’option militaire, Atundu a cité l’exemple du président Museveni qui a une stratégie de Tank et fire. C’est-à-dire, il faut savoir se battre pour que les propos aient un poids. Car selon lui, vous ne pouvez pas aller au dialogue dépourvu des moyens de défendre. On n’entendra pas vos points de vue. « Nous devons nous préparer par rapport aux dangers internes et aux risques de dangers externes. Et c’est alors qu’après les affrontements, on pourra engager un dialogue utile et mûr en vue d’une solution pérenne », conseille-t-il.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube