Automatisation de taxe de consommation, de l’impôt foncier, de l’IRL et de la vignette: La DGRK à la quête de l’expérience de SICPA

Durant trois jours, soit du mercredi au vendredi, SICPA, une multinationale basée en Suisse, est venue renforcer les capacités des cadres et agents de la Direction générale des recettes de Kinshasa, pour leur permettre de renflouer les caisses de la ville province de Kinshasa.

Durant trois jours, les experts qui sont venus de la Suisse ont renforcé les capacités des cadres et agents de la DGRK concernés par ces thématiques (automatisation de la taxe de la consommation, de l’impôt foncier, l’impôt sur le revenu locatif, de l’impôt sur les véhicules (vignette ou taxe de circulation routière). « Aujourd’hui, nous venons de terminer la 3ème journée et ça s’est passé dans de très bonnes conditions. Nous allons poursuivre les discussions après cette session. Après ces discussions, peut-être qu’on va les conduire auprès de l’autorité compétente, le Gouverneur de la ville pour dérouler le contenu de ces échanges », a indiqué le n°1 de la DGRK, Félicien Kuluta.

En réalité, ils ont eu une session de discussions avec la DGRK concernant la mobilisation des recettes liées à la taxe de consommation. C’est une taxe qui représente une entrée importante des recettes pour la DGRK. La discussion portait sur la possibilité de capitaliser la solution que SICPA est en train de déployer pour la DGDA au niveau national, et voir comment ça peut protéger le droit d’accise, mais aussi la taxe à la consommation, une entrée importante pour la province. En effet, la solution qui est en cours de déploiement au niveau national, c’est une solution de traçabilité des produits, qui permet le marquage sécurisé, avec un identifiant unique de chaque produit qui sort des usines et qui peut être tracer à partir de sa distribution. C’est grâce à cette possibilité de tracer, qu’on sera traçable de vérifier si un produit est cédé à un marché local ou s’il est transporté à une autre province. Grâce à cette traçabilité, il devait être possible d’estimer avec précision les taxes à la consommation qui sont des pertinences de chaque province de destination des produits.

Voilà qui a poussé M. Roger Milanese, responsable de la division de stabilité dans la société qui s’appelle Sicpa, qui est une multinationale basée en Suisse, qui offre des solutions aux gouvernements, en particulier aux administrations fiscales pour mobiliser les recettes et éviter la sous-déclaration fiscale qui est un problème majeur qui intéresse pratiquement tous les pays du monde, de reconnaitre qu’on a eu des discussions très profitables à la compréhension des problématiques et à l’identification des solutions que nous pensons pouvoir apporter pour aider la DGRK à mobiliser les recettes, ce qui est une priorité. « Nous sommes présents en Rdc, nous avons un contrat avec la DGDA dans le programme qui vise à mobiliser les recettes sur le territoire national. C’est grâce à cette première expérience que nous pouvons mettre à la disposition de la DGRK nos ressources et profiter des synergies possibles entre les deux régies », dit-il.

Un agent de la DGRK, parlant au nom de tous les bénéficiaires, a expliqué que problématique de perception en matière d’impôt foncier, de la taxe de consommation ainsi que de l’impôt sur le revenu locatif a été posée, les constats fondamentaux ont été faits. « Ensemble avec les partenaires suisses, nous avons essayé d’échanger de manière fructueuse, de voir les voies de sortie pour une mobilisation accrue des recettes dues à la ville de Kinshasa. On a pu déceler les expériences que ces partenaires ont réalisé, notamment au niveau de la Suisse et dans d’autres pays africains. Qui à nous de mettre à profit toutes ces expériences, toutes ces techniques par le biais de cet atelier de transfert d’expériences pour que la ville de Kinshasa puisse effectivement atteindre les assignations fixées par l’autorité budgétaire », indique-t-il, visiblement satisfait.

Soulignons que Sicpa, qui est une multinationale basée en Suisse, est présent dans 35 pays du monde et a des solutions de traçabilité qui permettent de sécuriser et de protéger plus de 80 milliards par année.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube