Candidat gouverneur: Jean-Baptiste Kongolo Kabila, un profil idéal pour enclencher le développement de la Lomami

Grâce à son expérience et à son riche carnet d’adresse, le Directeur général ai honoraire de la DGDA,  Jean-Baptiste Kongolo Kabila a un profile qu’il faut capitaliser pour enclencher le développement à la base et  conduire vers le développement. Candidat Gouverneur de la province de Lomami pour le compte du Rassemblement des démocrates Tshisekedistes, il est mieux placé pour diriger cette province enclavée et aux multiples défis. C’est dans ce sens qu’il a salué à juste titre le programme de développement à la base des 145 territoires, qui corrobore en quelque sorte avec ses projets qu’il compte  exécuter à Kabinda, chef-lieu de la province de Lomami, une fois que les députés provinciaux lui auront donné le quitus.

Natif de Kabinda, Jean-Baptiste Kongolo Kabila, après avoir servi le pays dans l’administration publique, pourquoi pas dans les régies financières, notamment à la DGDA, se dit désormais prêt pour servir sa province d’origine. Ici, il ne vient pas les mains vides, il amène son riche carnet d’adresse, ses relations, mais aussi ses moyens pour tenter d’apporter sa pierre à la construction de la province de Lomami. Ceci, surtout qu’il est de notoriété publique que les défis qu’il faut relever dans cette province vont exiger du prochain Gouverneur d’avoir non seulement une poche longue, mais aussi des réseaux, pour prétendre vaincre la pauvreté dans ce coin de la République.

C’est dans ce sens qu’il amène un projet de développement local au niveau de la province de Lomami, un projet qui s’inscrit dans les domaines de l’agro-industrie et de la construction. Jean-Baptiste Kongolo adhère donc à l’initiative du chef de l’État du développement  à la base de 145 territoires.

Au parfum des réalités locales de cette province de la République démocratique du Congo, Jean-Jacques Kongolo Kabila constate que Lomami ne décolle pas. C’est dans cette optique que ce digne fils de Lomami a pensé apporter sa contribution pour le développement de cette contrée de la Rdc. Pour ce faire, il a mis à la disposition de la population quelques outils pour relancer  des campagnes agraires et partage ses expériences dans le domaine de la construction des habitats modernes et dans le domaine de l’agro-industrie.

Pour lui, fort de son expérience dans l’administration, c’est une manière pour lui d’apporter un peu d’espoir à cette population qui n’a que trop souffert. D’après l’orateur, la dernière visite du chef  de l’État les a interpellés  dans la mesure où il a constaté effectivement que suite à son enclavement,  la province de Lomami a du mal à décoller et à se situer au même niveau que d’autres provinces.

La province de Lomami est entourée de sept autres provinces (Haut Lomami, Maniema, Sankuru, Tanganyika, Kasaï Central, du Kasaï-Oriental et Lualaba. Cette situation géographique, à l’en croire, la préjudicie par rapport à l’approvisionnement surtout  en matériaux de construction.

« Il faut des options très musclées sur le plan géopolitique et sur le plan géostratégique. Nous avons pensé que  notre petite expérience dans l’administration publique, notre carnet d’adresse, notre parcours, nous avons aussi circulé dans le pays et pratiquement dans  le monde entier, nous pouvons être à mesurer d’aider nos populations  à pouvoir s’épanouir  un peu plus autrement. C’est ainsi que  nous avons initié certains projets dans le domaine de l’agro-industrie et aussi dans le domaine de la construction des habitats modernes et durables », dit-il.

Faire de Lomami un centre d’attraction

Pour le DG ai honoraire de la DGDA, il est question aussi d’identifier des ressources nécessaires qu’ils disposent  pour faire face aux  têtes d’érosions  qui menacent  la province de Lomami.

Tout accueillant de deux mains le programme de développement à la base de 145 territoires, Jean-Baptiste Kongolo pense que l’initiative du chef de l’État est très très louable. « Nous avons pensé effectivement que le développement doit commencer à la base. Et nous avons pensé à nous y installer pour voir comment encadrer, enrichir  les idées du chef de l’État et les exécuter sur terrain ».

Jean-Baptiste Kongolo estime que le chef de l’État doit avoir des interlocuteurs valables dans la mesure où pour différents territoires, il y a un manque d’informations sur les besoins réels de chaque entité. « Il faut classifier les priorités pour chaque territoire », a conseillé Jean-Baptiste Kongolo Kabila. En termes des besoins prioritaires par exemple, la province de Lomami a besoin des routes pour acheminer des matériaux de construction et pour permettre aux investisseurs à accéder dans ses territoires.

Dans le chapelet de priorités, il est question de construire des infrastructures scolaires et sanitaires. Celles qui existent, sont devenues vétustes et même détruites pour certaines.  » Kabinda est à peine une ville. Elle n’a pas d’infrastructures, ni des structures dignes d’une véritable ville », a déploré Kongolo Kabila. Et dire que Lomami, pour l’orateur, est vraiment un carrefour entre plusieurs provinces. « Nous pensons vraiment faire de Lomami un centre d’attraction. Il est aussi question de relancer le chemin de fer qui est aujourd’hui dans un état de délabrement avancé », a-t-il renchéri.

JMNK

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube