Cautionnement : la société civile électorale prône l’inclusivité

Au sujet du cautionnement, M. Joseph Nkinzo affirme que nous voulons qu’il y ait inclusivité. Quand la loi est ouverte, tu as le droit de poser ta candidature. On ne nous a jamais dit que l’on doit limiter les candidatures à 10.000 ou 5.000 personnes. On a un parlement de 500 personnes. Si on a 10.000 candidats, il faut que les normes soient respectées pour toutes les catégories des personnes en, commençant par l’équilibre genre.

Que les hommes et les femmes soient engagés sur le même pied d’égalité, que le peuple autochtone, les handicapés physiques et les jeunes puissent se retrouver dans la course électorale. Il n’est pas question qu’on réserve les élections à ces mêmes personnes qui se sont enrichies dans les caisses de l’Etat, 20 ans d’expérience.

« Ils ont été avec Mobutu, avec Mzée Kabila, Kabila le jeune et maintenant avec Tshisekedi. Ils ont amassé tout ce qu’il y a comme richesses et on n’exclut tous ceux qui n’ont pas assez de moyens, mais qui ont la confiance de la population. Ça serait très grave dans notre jeune démocratie. On ne peut pas renforcer notre jeune démocratie sans une inclusivité réelle », conseille-t-il.

La question des ressources : Je ne sais pas d’où viendrait les ressources pour une personne vivant avec handicap. Aujourd’hui, l’accès des femmes à l’emploi. D’abord l’autorité maritale et autres ont empêché les femmes à pouvoir se doter des ressources nécessaires. Le peuple autochtone a accès à quel niveau des ressources ? Voilà pourquoi on estime que cette inclusivité allège la tâche aux groupes spécifiques.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube