Clôture des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre (VBG) : Impact de l’autonomisation de la femme

Tirant profit de la clôture des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre (VBG), le  » cartel des activistes pour l’autonomisation de la femme congolaise’’ (CAAFC) que coordonne la Présidente de l’ONG mille et un espoir, Caroline Pindi Norah, pour procéder au lancement officiel de ce  nouveau consortium des organisations féminines. C’était le  samedi 10 décembre2022  dans la salle de conférence Notre Dame de Fatima à Kinshasa.  Pour sensibiliser les femmes sur l’importance de l’autonomie financière particulièrement dans la lutte contre les violences faites aux femmes , Caroline Pindi Norah de l’ONG ‘Mille et un espoir’, Jolie Botejwa de ‘Cœur grand petite main’ ainsi que Mathy Ponga du ‘Congo autrement’, sous le thème  «L’impact de l’Autonomisation de la femme dans la lutte contre les VBG », ont fait de la pédagogie aux femmes (et certains hommes ) présente à cette activité. 

Le CAAFC est un regroupement des structures qui travaillent pour l’Autonomisation de la femme au Congo dont l’ONG ‘Mille et un espoir’ assume la coordination  actuellement.  « Nous lançons un appel à toute les structures du secteur de l’Autonomisation, à se joindre à nous pour des actions à plus grand impact dans le pays », a lancé la Coordonnatrice Caroline Pindi Norah au cours de sa toute première activité de sensibilisation auprès des femmes paroissiennes de la Paroisse Notre Dame de Lingwala venues nombreux répondre à l’appel.

Dans son mot de circonstance, la Présidente des femmes architectes de la République démocratique du Congo et Coordonnatrice du CAAFC, a expliqué en substance que nombre de femmes languissent dans des violences conjugales du fait de leurs dépendances financières, « Une femme qui n’est pas autonome est exposée à la violence ».

Loin de faire l’apologie de la non soumission des épouses à leurs époux,  Caroline Pindi Norah, architecte de son état, milite plus pour que les femmes en devenant  financièrement autonomes,  puisse non seulement bâtir des foyers financièrement stables mais également gagner le respect de leurs partenaires dans le mariage.

« L’ONG mille et un espoir,  s’évertue à combattre toute forme de violence domestique, pas seulement contre la femme mais également contre l’homme. Il est vrai que la plupart des violences domestiques, c’est le partenaire masculin qui en est l’auteur. Toutefois, il arrive des fois aussi que  les femmes, reniant leur féminité, s’adonnent particulièrement aux violences domestiques, principalement verbales», martèle Coordonnatrice Caroline Pindi Norah qui est également épouse voilà plus d’un quart de siècle.

L’ONG ‘Mille et un espoir’, des couples épanouies pour une société équilibrée

 

L’Autonomisation de la femme, dans la vision ‘Mille et un espoir’, est un outil indiqué pour l’érection d’une société équilibrée. S’inspirant des saintes écritures, la Parole de Dieu, l’auteur du mariage, les partenaires dans le foyer doivent chacun œuvrer à ce qui le concerne, contribuer pour l’épanouissement du couple ce qui va conduire à l’érection d’une société équilibrée.  Comme on peut le lire dans Proverbes 31 :10-31, qui conclut ainsi : « donnez-lui du fruit de ses mains, et que ses œuvres la louent dans les portes ».

Pour être digne de louages, la femme capable, c’est-à-dire autonome, de mains de la femme capable se produisent des ‘fruits’.  « Nous allons sensibiliser les femmes surtout démunies à s’autonomiser afin de s’outiller pour lutter contre les violences domestiques », affirme Pindi Norah.

A l’allégation selon laquelle les femmes avec autonomie financière sont isolantes et impolies, la Présidente de MIES a  insisté sur la vision de l’organisation à savoir lutter contre toutes les formes de violences domestiques, qu’elle soit contre l’homme, les enfants ou la femme. En matière de violence verbale, nombre de femmes ‘autonomes’, sont auteures des violences verbales (impolitesses et insoumission).

« Je ne vis pas de ta poche. Tu n’as de droits sur moi que ce que j’accepte de te donner », sont quelques phrases dites par ces femmes autonomes financièrement. Bien que cela ne soit une généralité, bien que Bernard Dadié ait dit que « le travail assure l’indépendance », pour un couple épanouie et une société équilibrée, « l’homme et la femme sont des partenaires dans leur foyer, ils doivent travailler en harmonie pour son  épanouissement,  chacun selon ses aptitudes et attributs naturels », renchérit un des responsables de la communication de l’ONG Mille et un espoir.

Willy Makumi Motosia 

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube