Clôture des travaux de la 4ème réunion du CTS : Daniel Aselo fait un plaidoyer sur la situation sécuritaire et les déplacés en Rdc

Les lampions de la 4ème réunion du Comité technique spécialisé (CTS) se sont éteints le mardi 24 mai dernier à Malabo, la capitale de la Guinée Équatoriale. Ces travaux ont réuni autour d’une même table les ministres africains ayant dans leurs attributions les questions des migrations, des déplacés internes et rapatriés.

Prenant part active à ces assises pour le compte de la République démocratique du Congo, le Vice-Premier ministre Daniel Aselo Okito Wa Koy, en charge de l’Intérieur, décentralisation et affaires coutumières,  a saisi l’opportunité lui offerte par cette tribune, pour faire le plaidoyer de la situation sécuritaire et des déplacés internes de son pays.

Du haut du haut de la tribune de la salle des conférences Sipopo, située à 15 Km de Malabo où se sont tenues ces assises, Aselo Okito a fait d’un coup, deux pierres pour faire connaître au monde la situation sécuritaire préoccupante et persistance à l’Est de pays, due à l’activisme des terroristes et rebelles du M23, et aussi, il a sollicité que soient élargis des dispositifs d’accompagnement post conflit.

Devant l’auguste assemblée de ce forum, le VPM Aselo a révélé des chiffres inquiétants des déplacés congolais à l’interne tout comme à l’extérieur du pays de la RDC.  “L’insécurité persistante due à l’activisme des terroristes et forces négatives dans les provinces du Sud-Kivu, Nord-Kivu et de l’Ituri, les deux dernières comme vous le savez sont mises sous état de siège”, a-t-il déclaré.

Pour ce qui est des déplacés internes, il a soutenu que, “dans le cadre de la sécurisation, dans le cadre de ce que nous pouvons appeler les déplacés de guerre, vous avez à noter que la République démocratique du Congo connaît à ce jour plus de cinq millions six cents personnes déplacées “.

Il également fait savoir ce qui se passe actuellement dans son pays. “Au moment où je m’exprime présentement devant cette auguste Assemblé, les combats se déroulent entre les Forces de la République démocratique du Congo, assistées des forces des Nations-Unies contre le groupe terroriste M23 à la frontière Est de mon pays, précisément dans le triangle de Chanzu, Runyoni, non loin de la ville de Goma, à Kibumba, avec comme conséquence les déplacements des populations du territoire de Rutshuru, à l’intérieur comme à l’extérieur du territoire national”.

Le chef de la sécurité de la RDC a, en outre, démontré que le développement post conflit ne doit se limiter aux seuls rapatriés.

Les travaux du CTS rappelle-t-on avaient pour objectif d’examiner les documents préparatoires à soumettre aux chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine qui, à leur tour doivent les enrichir lors des deux grands sommets qui se tiendront les 27 et 28 mai prochain dans la même capitale de la Guinée Équatoriale.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube