Construction des infrastructures scolaires et sanitaires à Mbuji-Mayi : Le satisfecit de Jean-Claude Kalenga, Dg a.i du FPI

De son séjour à Mbuji-Mayi, le Directeur général a.i du FPI s’est enquit de l’évolution d’autres chantiers financés par son institution dans le Kasaï-Oriental, et ce, toujours dans le cadre du projet inscrit dans le cadre du programme présidentiel accéléré de lutte contre la pauvreté et les inégalités. Il s’agit notamment des infrastructures sanitaires et scolaires. Le constat global est que les différents chantiers avancent très bien. Le taux d’exécution physique des grosses œuvres varie entre 65 à 100%. Le Directeur général a.i du FPI a exhorté les entreprises exécutantes à accélérer les travaux de finition avec l’objectif d’utiliser les infrastructures scolaires à la prochaine rentrée des classes.

Cette énième descente du Directeur général intérimaire du FPI, Jean-Claude Kalenga dans les différents chantiers des infrastructures sanitaires et scolaires financées par le FPI dans la ville de Mbuji-Mayi, marque un suivi minutieux sur l’exécution des travaux d’intérêt public. Ça fait près d’une année depuis que ces chantiers étaient ouverts, le constat global démontre que les travaux dans les différents chantiers sont très avancés.

Au complexe scolaire du 04 janvier, indique un reportage du service de presse du FPI, la délégation conduite par Jean-Claude Kalenga   a constaté avec satisfaction que le taux d’exécution des grosses œuvres est à 100%. L’aménagement de 5 bâtiments dont deux en étage a été fait. Au finish, ce complexe scolaire comptera 25 salles de classe aménagées et dans les normes réunissant toutes les conditions favorables avec notamment des locaux carrelés y compris la pose d’un plafond. Cette infrastructure scolaire aura une capacité d’accueil de 1200 élèves par vacation, soit 2400 élèves pour les deux vacations d’avant et d’après-midi.

Direction, l’hôpital général Saint Jean-Baptiste de Kansele. Sur place, le taux d’exécution des grosses œuvres est de 65%. Au total, 10 bâtiments dont 7 sont construits et 3 autres rénovés. Cet hôpital aura 12 services, une morgue d’une capacité de 60 corps et d’une capacité d’accueil de 200 lits.

Dans ce même site, un autre bâtiment en étage y est érigé pour abriter le service d’une unité de transfusion sanguine appelée à fonctionner directement comme un centre de transfusion des malades. Ici, le taux d’exécution de gros œuvres est de 100%.

La ronde du patron du FPI a continué à l’hôpital de référence de la Muya, où le taux d’exécution des grosses œuvres est à 95%. Satisfecit donc du Directeur intérimaire du FPI. Cette infrastructure sanitaire compte désormais 11 bâtiments dont 10 construits et 1 rénové. L’hôpital disposera de 9 services avec une capacité d’accueil de 200 lits.

Pour boucler la boucle, précise la même source, la délégation a mis le cap sur le complexe scolaire Kalenda Mudishi où le taux d’exécution des grosses œuvres est à 65%. A l’heure qu’il est, les travaux sont concentrés sur l’exécution de 13 bâtiments, dont 10 nouvelles constructions et 3 autres ont été rénovés. Le complexe scolaire Kalenda Mudishi comptera 45 salles de classe avec capacité de 48 élèves par salles pour une capacité d’accueil de 2160 élèves par vacation, soit 4320 élèves pour les deux vacations.

 Nécessité d’accélérer le rythme du travail

Malgré certaines réalités exogènes d’ordre logistique, qui ont fait ralentir l’évolution de ces chantiers, Jean-Claude Kalenga, Dg a.i du FPI a demandé aux entreprises exécutantes d’accélérer la cadence.

« Le constat n’est pas le même partout. La vitesse d’évolution est quand même différente. Je crois que je veux tenir une réunion avec les responsables de quatre chantiers, pour qu’ils puissent respecter leurs engagements. Certes ils ont eu un problème d’approvisionnements, maintenant nous constatons que les approvisionnements sont là, ils doivent prendre le temps pour augmenter le shift, afin que la rentrée scolaire qui commence,  que nous puissions être en mesure de livrer les ouvrages aux enfants pour qu’ils reprennent leurs cours dans des classes toutes neuves. C’est ça le constat qui est bon pour moi, mais il faut accélérer et continuer à mettre de la pression », insiste-t-il.

Par ailleurs, il convient d’insister sur le fait que toutes ces infrastructures modernes seront dotées des fournitures et d’équipements adéquats pour le bon fonctionnement de tous les services et à la prise en charge des élèves et des malades. Il est aussi prévu une alimentation autonome de chaque site en eau par forage avec un mini-réseau de distribution pour desservir la population environnante, y compris la construction des bornes fontaines. Enfin, tous ces sites seront alimentés en électricité soit par un branchement au réseau de la SNEL, soit par énergie renouvelable à panneau solaire et par les thermiques.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube