De 2017 à 2019: 19 cas de corruption, soit un manque à gagner de 12,1 milliards $

A en croire le même rapport de l’ODEP, la période couverte par cette étude a été marqué par une hausse de cas de corruption. D’abord dans le cadre d’exécution des lois différentes lois de finances et le processus de passation des marchés publics.

En ce qui concerne la gestion budgétaire, l’étude révèle que les fraudes organisées au niveau du circuit de la dépense et des recettes publiques font perdre à l’Etat énormément des moyens. Une moyenne de 1173 projets d’investissements évalués à 635 millions USD demeurent non-exécuté chaque années et 753 millions $ injectés à des projets non prévus par la loi de finances, selon les chiffres rapportés de la cour des comptes. Ce qui constitue la violation de l’article 10 de la loi relative aux finances publiques.

« Nous avons par ailleurs répertoriés 19 cas de grande corruption non contrôlé par les organes de contrôle de l’Etat et voir même par la Justice. Ce qui représente un manque à gagner d’environ 12,1 milliards $. Pour lesquels nous exigeons des audits sérieux et la justice de faire son travail », indique le rapport.

Quant aux autorisations spéciales de gré à gré, il faut observer qu’en 2019, le recours à ce mode exceptionnel de passation des marchés a été plus fréquent par rapport à 2018 et 2017 en termes de volume de dossiers et sa valeur a été moins importante. D’après les statistiques de la Direction générale du contrôle des marchés publics (DGCMP), pour 2018, 108 demandes d’autorisations spéciales de gré à gré pour un montant de 1.856.955.491, 26 $ ont été accordées sur 149 sollicitées.

Tandis qu’en 2019, 124 demandes d’autorisation spéciales de gré à gré pour une valeur de 1.294.731.823, 18 $ ont été accordées sur 215 sollicitées. L’autorité de contrôle motive ce taux élevé de validation de gré à gré par le fait des urgences connues par les différents Maître d’ouvrages pour accompagner le Chef de l’Etat dans son programme de cent premier jours, obligeant ainsi la DGCMP à les accompagner dans cet élan.

Pour l’ODEP, les demandes récurant des autorisations spéciales favorisent la corruption. Rappelons que conformément au code de marchés publics en vigueur, le recourt au gré à gré est une exception à la règle et ne peut être érigé en mode opératoire.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube