Desserte en électricité. Tshisekedi conseille de réduire le retard de développement accumulé

Pour garantir l’accès en eau potable et en électricité qui est un droit constitutionnel, et au regard des difficultés qu’éprouvent nos populations dans ce secteur, le Président de la République a appelé à une bonne structuration de ce secteur afin de réduire sensiblement le retard de développement accumulé par notre pays durant plusieurs décennies et de répondre aux grandes attentes de notre peuple.

Il existe aujourd’hui plusieurs offres d’investissement dans le domaine énergétique par exemple la proposition du Gouvernement indien de financer l’implantation de centrales solaires à Karawa (15 MWc), Lusambo (10MWc), Mbandaka (10MWc), Mbuji-Mayi (15 MWc) et Manono (10 MWc). Ces projets se situent pour la plupart dans des provinces nouvellement créées. Il est donc impérieux que le Gouvernement réserve un caractère urgent aux projets d’électrification du pays, et particulièrement au traitement des projets relatifs à l’offre mentionnée ci-dessus.

Il en est de même pour les projets d’implantation de petites et moyennes centrales solaires et éoliennes présentés par différents investisseurs aux autorités compétentes pour analyse et décision.

Pour la matérialisation de ce projet, le Président de la République a chargé le Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Étrangères, le Ministre des Ressources Hydrauliques et Électricité ainsi que le Ministre des Finances à faire l’état des lieux qui permettra aux Congolaises et Congolais de bénéficier de leurs droits de base.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube