Devant Félix Tshisekesi et Denis Sassou Nguesso, Cardinal Ambongo : « On ne peut rendre hommage au Cardinal Monsengwo si on laisse le peuple croupir dans la misère, alors que les gouvernants vivent dans l’opulence te l’impunité »

La messe pour le repos de l’âme de Laurent Cardinal Monsengwo est en cours, en présence de MM. Félix Tshisekedi et Denis Sassou Nguesso, respectivement présidents de la République démocratique du Congo et de la République du Congo. Etaient aussi présents, le Premier ministre, les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, les chefs d’autres institutions, sans oublier la forte délégation venue du Congo-Brazzaville. Chers Cérémoniaire, voici les indications pour vous aider à installer les Cardinaux, Archevêques et Évêques dans les prochaines célébrations

5 Cardinaux sont aussi présents. Il s’agit du Cardinal Ambongo, Archevêque de Kinshasa ; Cardinal John Onaiyekan, Archevêque Émérite d’Abuja ; Cardinal Philippe Ouedraogo, Archevêque de Ouagadougou et Président du SCEAM ; Cardinal Dieudonné Nzapalainga, Archevêque de Bangui que Card. Monsengwo appelait son filleul ; Cardinal Antoine Kambanda, Archevêque de Kigali.

L’on a enregistré 8 Archevêques : Mgr Utembi/Kisangani et Président de la Cenco, Mgr Ernest Ngboko/Mbandaka, Mgr Madila/Kananga, Mgr Maroy/Bukavu, Mgr Muteba/Lubumbashi, Mgr Edmond Djingatar/Djamena et Président de la Conf. Épis Tchad, Mgr Abagna-Mossa/Owando et V-Président de la Conf. Épisc. Congo/Brazza et Mgr. Milandu/Brazzaville.

Et ce, sans oublier d’autres Évêques venus d’ailleurs (2) : Mgr Louos-Portela Mbuyu/Émérite de Kinkala et Mgr Urbain Ngassongo/Gamboma.

Parlant de la première lecture dans Siracide 44, 1-14, Fridolin Ambongo a, dans son homélie, expliqué que cette lecture montre que les bonnes œuvres nous rendent éternels et les descendants héritent de cet héritage. « Leur gloire ne sera pas effacée. C’est dans les belles œuvres que résident la valeur de grands hommes et ceci plaident auprès de Dieu », dit-il, avant d’ajouter que faire du bien aux autres ouvre la voie à la vie éternelle (Mathieu 25, 34-40). A l’en croire, le Cardinal Laurent Monsengwo peut se reposer pour ses labeurs ; ses œuvres le suivent et parlent en sa faveur.

Le Cardinal Ambongo a aussi insisté sur le fait que nul d’entre nous ne vit pour soi-même. Car selon Saint Paul, si nous vivons, c’est pour le Seigneur… (Romains 14, 7-8). Dans notre vie ou dans notre mort, nous appartenons au Seigneur. C’est ici qu’il a souligné que l’évangile du jour qui parle des talents met en lumière le sens de responsabilité qui doit conduit à la vie éternelle (Mathieu 25, 21). « Ce récit des talents nous rappelle qu’à chacun d’entre nous, Dieu a confié des responsabilités, selon nos capacités. Dieu attend que ceux-ci concourent à l’épanouissement de la personne humaine », martèle-t-il.

Et d’ajouter, maintenant que cet éminant pasteur est parti, dans ce cercueil très simple, nous ne le reverrons plus avec nos yeux humains. Il laisse un lourd héritage. « L’hommage le plus important que nous devons rendre au Cardinal Laurent Monsengwo, c’est de continuer son combat et d’accomplir l’œuvre de Dieu pour notre humanité », indique-t-il, avant de renchérir que ça sera aussi de voir l’Afrique, le Congo debout et prospère. C’est de voir les fils et filles se donner la main dans la main pour faire reculer les frontières de l’injustice pour un Congo mieux qu’avant.

L’hommage au Cardinal Laurent Monsengwo, c’est de voir nos dirigeants ne pas se considérer comme des propriétaires, mais des humbles serviteurs. C’est s’engager pour que les richesses du pays servent au bien de la population et non à un petit groupe des privilégiés.  On ne peut pas rendre hommage au Cardinal Laurent Monsengwo si on laisse le peuple croupir dans la misère, alors que les gouvernants vivent dans l’opulence et l’impunité.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube