Devant les associations socioculturelles du Grand Kasaï: Sama Lukonde lance un message de paix

C’est une journée très chargée pour le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, qui n’entend ménager aucun effort pour voir les communautés Katangaise et Kasaïenne vivre ensemble et dans une cohabitation pacifique. C’est dans cette optique que le chef du Gouvernement a reçu, en audience, ce samedi 23 avril 2022, à Lubumbashi, une délégation des représentants des associations socioculturelles du Grand Kasaï à laquelle se sont jointes les autorités traditionnelles de cet espace.

Comme avec les autorités traditionnelles du Grand Katanga, Sama Lukonde a réitéré son appel à la paix entre les communautés Kasaïenne et katangaise.

Se confiant à la presse au sortir de cette audience, le Coordonnateur de la communauté Kasaienne vivant au Grand Katanga a souligné que cette rencontre avec le Premier Ministre était essentiellement focalisée sur la paix entre les deux communautés. Il n’a pas manqué de lancer un vibrant appel à la Paix et à la cohabitation pacifique.

« Nous avons été invités par le chef du Gouvernement de la République pour débattre sur la question de l’exode des peuples Kasaiens vers le Katanga. L’opinion doit retenir qu’il faut qu’il y ait la paix parce que tout le monde a besoin de la paix et qu’on puisse structurer et organiser le domaine économique afin de pouvoir freiner ou améliorer les conditions de l’exode rural », a déclaré Kabasele Kadima.

Pour sa part, sa majesté Lemba Lemba, le chef coutumier de Kabeya Kamuanga dans le Kasaï oriental, a formulé quelques pistes de solutions au Gouvernement afin que les deux communautés continuent à vivre paisiblement.

« Nous venons de nous retrouver avec le Premier Ministre. Il nous a fait venir pour étudier ensemble comment mettre fin aux tensions tribales et discriminatoires entre le peuple Luba et le peuple katangais. Nous comme des chefs coutumiers, nous ne voulons pas cette affaire de tribalisme et de discrimination. Tous sont nos frères. Nous ne voulons pas que le sang coule. Raison pour laquelle nous demandons au Premier Ministre de faire appel à tous les responsables des associations du Kasaï qui sont ici, qu’il leur donne des moyens pour louer des salles afin de réunir dans toutes les communes ces jeunes qui sèment les troubles afin que ces jeunes sachent qu’on a besoin de la paix. On ne peut pas soutenir le Chef de l’État avec les armes blanches à la main ou en  s’entretuant. On soutient son frère avec la Paix. Que ces associations s’organisent en formant les jeunes à la culture de la paix », a-t-il exhorté.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube