Discipline au sein de l’Armée: Tshisekedi tape du poing sur la table

Félix Tshisekedi, président de la République s’est adressé aux officiers militaires, dans un séminaire sur l’éthique et la déontologie. Népotisme, affairisme, clientélisme ou encore favoritisme politique, sont les comportements anti-éthiques qui déplument l’armée. Le chef de l’Etat a démontré que les résultats engrangés aujourd’hui au niveau sécuritaire ne sont pas à la mesure des efforts fournis pour doter l’armée d’instruments nécessaires et utiles à son action. Mais cette fois, le commandant suprême est décidé de s’attaquer à ceux qui sont responsables de ces contre-performances.

Devant des officiers généraux et supérieurs des FARDC réunis au Groupement des Écoles Militaires, ex-Centre Supérieur Militaire, le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a lancé ce jeudi le séminaire sur l’Ethique et la déontologie militaire.

Dans son discours d’ouverture, le Commandant suprême des FARDC a indiqué que ce séminaire se veut un haut cadre stratégique pour une réflexion approfondie sur la discipline militaire.

Organisé par le Ministère de la Défense, ce séminaire de deux jours devrait permettre aux participants de s’imprégner et d’intérioriser tous les préceptes qui fondent la discipline au sein des services de défense et de sécurité.

La motivation de la cérémonie de ce jour était bien fournie autant que les honneurs militaires rendus au Commandant suprême des forces armées de la République. Ce séminaire sur l’éthique et la déontologie vient répondre à un besoin pressent, de lutter contre la culture d’immoralité qui s’est installée dans l’armée depuis quelques décennies et qui compromet dangereusement l’identité positive et l’intégrité du pays.

Former les commandants pour qu’ils deviennent des modèles pour les hommes de troupes, c’est l’objectif que poursuit ce séminaire qui réunit tous les officiers militaires, a renseigné le chef d’Etat-major générale des forces armées de la République, qui en appelle à une participation  active.

Le ministre de la Défense nationale et ancien combattant a, pour sa part, mis l’accent sur le code de déontologie, autrement règlement militaire, vieux de 57 ans et qui nécessite une révisitation.

Népotisme, affairisme, clientélisme ou encore favoritisme politique, Gilbert Kabanda a énuméré sans gêne les comportements anti-éthiques qui déplument l’armée.

Par la même occasion, le président de la République a dénoncé et fustigé publiquement le comportement pervers de certains cadres de l’armée qui s’adonnent à des pratiques contraires à l’éthique et à la déontologie militaire. Le commandant suprême des forces armées  de la République lui, n’a eu besoin d’aucune figure de style pour transmettre sa pensée à ces séminaristes.

Il s’est inscrit en faux contre l’idée d’une alliance entre des officiers FARDC et des groupes armés afin de combattre un autre groupe armé (M23). Car selon lui, on n’éteint pas le feu en jetant de l’huile au feu.

 « Il y a eu des informations qui me sont parvenues, qui font état des combines entre certains officiers de nos forces armées et des groupes armés. Des combines pour se mettre ensemble en vue de combattre le M-23. Je ne crois pas que ça soit la manière de le faire pour combattre le M-23. Je n’accepterais pas que les individus soient en train de sortir de l’éthique pour aller combiner avec des forces négatives pour aller combattre d’autres forces négatives ».

Pour lui, il est temps de mettre fin à toutes les pratiques qui ont favorisé les assassinats et meurtres de nos concitoyens. Dans le même ordre d’idées, le Chef de l’Etat

Ce séminaire est l’une, sinon la dernière opportunité offert aux officiers qui piétinent l’éthique et la déontologie militaire, de reprendre le bon chemin, a martelé le chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Toutefois, le Président de la République a réaffirmé sa volonté de poursuivre la réforme au sein de l’armée et il ne lésinera pas sur les moyens pour une montée en puissance des FARDC.

Le commandant suprême des FARDC a révélé que jamais dans l’histoire de la RDC, l’armée nationale a reçu autant de moyens financiers tout en reconnaissant que les résultats ne sont pas proportionnels aux moyens mobilisés.

 « Les résultats engrangés aujourd’hui au niveau sécuritaire ne sont pas à la mesure des efforts que nous avons fournis pour doter notre armée d’instruments nécessaires et utiles à son action. Cela ne va surement pas nous décourager. Sinon, je ne suis pas de cette école là des gens qui se découragent facilement. Mais cette fois je veux m’attaquer à ceux qui sont responsables de ces contre-performances ».

Maitriser les notions fondamentales d’éthique militaire et les règles déontologiques, être capable d’influencer positivement son environnement, réintégrer dans  son comportement les règles de conduite vis-à-vis de la population et des institutions de la République, les attentes de ce séminaire sont vitales pour l’avenir de l’armée nationale.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube