En marge de la Pré-Cop26: Eve Bazaïba participe à la réunion des pays forestiers

En marge de la Pré-Cop26, la Vice-Premier ministre en charge de l’Environnement et Développement durable (VPM-EDD), Eve Bazaïba Masudi, a participé à la réunion  des gouvernements des pays forestiers du 27 Juillet 2021.  Avec la présidence de la Grande-Bretagne, ils se sont réunis pour des actions concertées en faveur du climat. C’était à Park Plaza hôtel de  Londrès capitale du Royaume-Uni. La République démocratique du Congo, l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Canada, la Colombie, le Costa Rica, l’Equateur, le Gabon, le Pakistan, l’Indonésie, le Pérou, la Russie et la Papouasie Nouvelle Guinée était donc ces pays forestiers.  Cela, en vue de rehausser les ambitions en matière de gestion des forêts et d’affectation des terres de manière bénéfique pour le climat, les populations, le développement économique et la biodiversité.

Ladite  réunion a permis d’illustrer, de façon concrète, l’action sur les forêts et l’affectation des terres devant contribuer au maintien de l’objectif de 1,5°C afin de tenir les engagements partagés, en terme d’adaptation et de financement.  L’occasion était donné d’offrir aux pays une plate-forme permettant d’exposer leurs actions, leurs réalisations et ambitions en matière de gestion des forêts. Accroître le financement et l’investissement, partager les actions en faveur d’une production et d’une consommation durable, soutenir les populations locales et les petits exploitants, sont aussi les 4 thèmes abordés au cours de cette réunion ministérielle.

La réunion qui s’est appuyée sur des initiatives existantes, n’a pas  cherché à les remplacer, conformément à la Déclaration de New York sur les forêts, le Défi de Bonn et le Manifeste pour des solutions climatiques. La forêt et les terres agricoles, outre qu’elles assurent la subsistance de plus de 7 milliards de personnes à travers le monde,  jouent également  un rôle central dans le défi climatique et constituent la source de bon nombre de solutions dont l’humanité a besoin. Il importe donc aux exploitants forestiers et agricoles, de privilégier l’exploitation durable dans l’agriculture, la foresterie et le changement d’affectation des terres. Ces activités humaines  sont aujourd’hui à l’origine de 23% des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube