Ensemble pour la République s’oppose à la proposition de loi sur la « Congolité »

Ensemble pour la République rappelle que dans le programme de la coalition de l’union sacrée de la nation, il n’a été fait la moindre allusion à une telle disposition. Ainsi, toute éventuelle inscription au cendrier des travaux de l’Assemblée nationale de ce texte, consacrera la rupture définitive et irréversible de l’union sacrée de la nation entre les tenants de l’instrumentalisation de la nationalité et du repli identitaire.

A peine qu’elle a été déposée au Bureau de l’Assemblée nationale, la proposition de loi visant à retirer à certains citoyens congolais le droit de se présenter à une élection, suscite déjà des réactions en sens divers.

Parmi ces réactions, il y a celle d’Ensemble pour la République, parti cher à Moïse Katumbi,  qui rappelle que nulle part dans le programme de la coalition de l’union sacrée de la nation, il n’a été fait la moindre allusion à une telle disposition. « Au regard de l’histoire du Congo, cette proposition de loi rétrograde et inenvisageable partout ailleurs dans le monde démocratique au XXième siècle, est totalement irresponsable. Elle met en mal l’unité et la cohésion nationale en créant différentes catégories de citoyens au sein d’une même nation », indique une déclaration d’Ensemble pour la République dont le Quotidien.cd a obtenu une copie.

Ainsi, Ensemble pour la République dénonce la volonté manifeste des instigateurs de cette proposition de loi d’exalter des sentiments de racisme et de haine dans le seul but de verrouiller l’accès aux plus hautes fonctions de la République Présidence de la République, Assemblée nationale et du Sénat, Primature, Hautes fonctions au sein des cours et tribunaux, plus hauts gradés dans l’armée, la police et les services de renseignements, etc.).

Par conséquent, Ensemble pour la République s’oppose catégoriquement à cette proposition de loi qui voudrait légaliser une forme de ségrégationnisme identique à celle pratiquée sous les régimes nazi et de l’apartheid au XXème siècle.

Pour ce parti politique, toute éventuelle inscription au cendrier des travaux de l’Assemblée nationale de ce texte, consacrera la rupture définitive et irréversible de l’union sacrée de la nation entre les tenants de l’instrumentalisation de la nationalité et du repli identitaire aux fins de conservation du pouvoir et les véritables républicains qui aspirent à donner au peuple congolais la possibilité de désigner librement ses dirigeants parmi tous leurs compatriotes à la faveur d’élections crédibles, apaisées et inclusives.

Il appartient au congolais et à eux seuls, non à une poignée de politiciens jouant aux apprentis sorciers, de choisir librement celles et ceux qui auront la charge de conduire la nation.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube