Exclusivité RFI, BCC : Le FMI exige le remplacement des administrateurs litigieux

L’une des dernières conditions qu’il restait à remplir pour obtenir ce programme de financement du FMI était de mettre en conformité le conseil d’administration de la Banque centrale avec la loi de 2018. Sur le papier, la RDC a fait plus qu’attendu. Elle a non seulement renouvelé le conseil d’administration, nommé deux vice-gouverneurs et même une nouvelle gouverneure, la chef de mission du FMI au Burkinafaso. L’exigence du FMI n’allait pas jusque-là.

Le problème, c’est que dans la loi de 2018 qui réforme la Banque centrale, il y a de nombreuses conditions posées à la désignation de l’équipe dirigeante. Or, parmi les nouveaux administrateurs, il y a deux membres du cabinet de Félix Tshisekedi : Prince Leta Katumbi et André Wameso. André Wameso est même le Directeur de cabinet adjoint du président.

Or l’un des objectifs de la réforme de 2018 était de renforcer l’indépendance de la Banque centrale. La situation pose donc problème au FMI qui demande la démission au plus vite des deux administrateurs litigieux. Ces démissions devraient intervenir dans les toutes prochaines heures pour permettre la tenue du conseil d’administration du Fonds monétaire international cette semaine et la validation du programme.

Du côté des autorités congolaises, on assure que ce n’est pas un problème, que l’intention du président Tshisekedi est claire et que tout sera fait pour permettre cette signature.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube