Face à la crise Ukrainienne : La BCC recommande la poursuite de la coordination des politiques conjoncturelles

La Banque centrale du Congo (BCC) a présenté la note de conjoncture hebdomadaire de la semaine du 24 au 1er juillet 2022. Concernant l’environnement international, la note mentionne que la conjoncture économique reste marquée par les contrecoups de la guerre en Ukraine. Cette situation est alimentée par les perturbations de chaines d’approvisionnement et la hausse des prix des denrées alimentaires. Cela est de nature à impacter l’offre globale de ces produits sur le marché, alors que la demande demeure en expansion. Dans ce contexte, les gouvernements sont appelés à conjuguer leurs efforts pour la promotion de la production locale et régionale et favoriser les chaines de valeur régionale.

Au sujet de la croissance mondiale et régionale, il nous revient que dans son rapport sur les perspectives économiques, l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) note que la guerre en Ukraine a entrainé l’économie mondiale sur une trajectoire de ralentissement de la croissance et de la hausse de l’inflation.

A l’instar des autres institutions, l’OCDE a revu à la baisse les projections de croissance du PIB mondial pour 2022 à 3,0% contre une croissance de 4,5% prévue initialement. Ce rythme de croissance devrait se maintenir également en 2023. Dans ce contexte, les gouvernements sont appelés à renforcer la coopération internationale pour limiter les effets négatifs causés par la guerre et la pandémie du Covid-19.

Entre-temps, les cours mondiaux des principaux produits de base intéressant l’économie congolaise se sont inscrits en baisse d’une semaine à l’autre.

Au 30 juin 2022, le baril du pétrole s’est négocié à près de 105,76 USD, enregistrant une baisse de 3,7% par rapport à son niveau du 23 juin 2022, sur fond des inquiétudes quant aux perspectives de la croissance mondiale, particulièrement aux Etats-Unis. Le cours du cuivre s’est établi à 8.445,0 USD, soit une baisse de 3,32%. Le cours du cobalt s’est maintenu à 87.880, 79 Usd la tonne. Les prix du blé et du maïs ont reculé, d’une semaine à l’autre, respectivement de 7,3% et 0,4%, se situant à 319,39 Usd et 273,44 Usd, alimentés par les perspectives d’une hausse des surfaces de productions aux Etats-Unis.

L’économie congolaise pas épargnée

Au sujet du contexte intérieur, disons que l’économie congolaise n’est pas épargnée par les à-coups de la crise actuelle. Quoique le rythme de croissance de l’activité devrait demeurer supérieur à la moyenne de l’Afrique subsaharienne, des risques planent quant à la durabilité de la hausse des cours des métaux non ferreux. Quant aux marchés, ils ont maintenu leur relative stabilité, exceptées pour quelques pressions sur les prix intérieurs.

Par ailleurs, le Conseil d’administration du FMI a conclu les consultations au titre de l’article IV et la deuxième revue de la Facilité élargie de crédit (FEC) pour la Rdc. L’achèvement de la deuxième revue a permis le décaissement immédiat de 203 millions de Usd.

Concernant le secteur réel, disons que les projections de croissance pour 2022 restent à 6,1%. Cette croissance est principalement portée par le dynamisme du secteur minier. Au cours de la cinquième et dernière semaine du mois de juin 2022, le rythme de formation de prix a progressé comparativement à la semaine précédente.

En effet, le taux d’inflation hebdomadaire s’est établi à 0,25% contre 0,23% à la semaine précédente, portant le cumul annuel à 5,82%. En rythme mensuel, l’inflation s’est légèrement accélérée en juin 2022 par rapport au mois précédent, situant le taux à 1,31% contre 1,05%.

A propos du secteur extérieur, retenons que le marché des changes est resté stable, attesté par de faibles variations du taux de change sur le marché officiel et parallèle. Au 01 juin 2022, le taux de change, sur le marché officiel, s’est établi à 2.004, 43 CDF le dollar américain, soit une très légère appréciation hebdomadaire de 0,02%. Une tendance analogue s’est observée également sur le marché parallèle, où le cours vendeur s’est situé à 2.038,67 CDF le dollar contre 2.041,67 CDF la semaine précédente.

En cumul annuel, le Franc congolais n’a perdu que 0,2% de sa valeur sur le marché officiel, contre une appréciation de 0,5% au parallèle.

Des recommandations

Soulignons que la note de conjoncture a d’abord présenté les facteurs de risque sur le plan externe et interne. Au plan externe, elle note le repli éventuel de la demande extérieure en raison de l’accroissement des incertitudes liées aux effets prolongés de la guerre en Ukraine et de la persistance de la pandémie de Covid-19 ; augmentation des taux directeurs au niveau de grandes banques centrales des économies avancées en réponse à l’accélération de tensions inflationnistes ; poursuite de la baisse des cours du cuivre sur les marchés mondiaux, affectée par le ralentissement de l’activité économique en Chine et le recul de la demande mondiale.

Au plan interne, il est noté l’intensification des pressions inflationnistes due notamment au renchérissement des prix des produits pétroliers et céréaliers.

Voilà pourquoi cette étude recommande la poursuite de la coordination des politiques conjoncturelles saines conformément aux engagements pris dans le cadre du pacte de stabilité ; le suivi rapproché de l’impact du conflit en Ukraine et le maintien du suivi rapproché des facteurs de liquidité par la Banque centrale du Congo (BCC).

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube