Faute de plaignant: La famille Kalev Mutondo demande au TGI/Gombe de mettre fin à la procédure

Dans un communiqué largement partagé sur les réseaux sociaux, la famille Kalev Mutondo, Administrateur général honoraire de l’Agence Nationale de Renseignements (ANR), informe qu’il s’est tenu, le 19 juillet 2021, s’est tenue une audience publique au Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe, où M. Jean-Claude Muyambo et consorts, devaient comparaître pour donner, en procès public et contradictoire, les preuves de leurs allégations contre M. Kalev Mutondo.

Malheureusement, constate Mme Liliane Tembo Kalev, l’ainée de la Famille, les accusateurs de se sont évaporés dans la nature et aucun d’entre eux n’a eu ni le courage ni la décence de se présenter ou de se faire représenter devant le Tribunal, confirmant qu’il s’agissait des accusations fantaisistes, exclusivement montées pour nuire à sa personne en portant atteinte à son honneur, à sa dignité ainsi qu’à sa liberté, autant de droits fondamentaux dont personne ne peut être privée arbitrairement, encore moins sur base de fausses accusations.

Et la même source d’ajouter qu’à l’audience du 19 juillet 2021, le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe, siégeant en matière répressive, s’est retrouvé devant un acte d’Appel au Dossier, totalement dilatoire, téméraire et vexatoire, déposé au Greffe, par le même Muyambo, contre une décision fictive de justice qu’aurait prise ledit Tribunal, en date du 3 mai 2021, dans l’Affaire opposant le Ministère public et la Partie civile Kalev Mutondo, A Jean-Claude Muyambo et consorts, enrôlée le 24 avril 2021, sous RP 27.626/I.

Or, c’est de notoriété publique que, dans cette Affaire sous RP 27.626, aucune Décision de justice n’est jamais intervenue, à l’exception des remises fixées successivement au 14 juin 2021 et au 19 juillet 2021, et dont tout le monde, du moins tout juriste, sait qu’elles ne font pas parties des matières appelables.

Ainsi, la Famille Kalev Mutondo demande aux autorités judicaires d’en tirer toutes les conséquences de droit en mettant fin à une procédure qui discrédite la Justice et compromet la possibilité de tenir, à l’avenir, un Procès équitable, droit fondamental de la défense et du prévenu dans tout Etat de droit, et de permettre ainsi le retour de notre Père en RDC et à la maison, en homme libre. Au Président de la République, de veiller à ce que la Justice protège réellement les citoyens et leurs droits.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube