France : 71% des dirigeants de grandes entreprises se disent optimistes pour 2022

Malgré un début d’année marqué par la vague du variant Omicron, 71% des dirigeants de grandes entreprises françaises se disent optimistes pour 2022, contre 68% en 2021, selon le baromètre Eurogroup Consulting, publié lundi, en partenariat avec BFM Business et L’Express.

Selon le baromètre des Grandes Entreprises 2022, les prévisions des dirigeants concernant l’évolution de l’activité, la rentabilité, les investissements et les effectifs sont, tous indicateurs confondus et en moyenne, à 94% en hausse ou stable (contre 83% en 2021).

« L’emballement est particulièrement spectaculaire concernant les perspectives de recrutement », a commenté Gilles Bonnenfant, président d’Eurogroup Consulting, dans L’Express et sur BFM Business ce lundi. Le baromètre indique en effet que 28% des dirigeants interrogés prévoient d’augmenter leurs effectifs en France (contre 13% en 2021), et 37% à l’étranger (contre 18% en 2021).

La gestion du recrutement et la fidélisation des employés est l’un des deux défis les plus importants cités par les dirigeants interrogés (chez 26,6% des sondés) avec le maintien de la rentabilité (pour 27,8% d’entre eux). « Il ne s’agit ni d’un optimisme béat ni d’irrationalité : les entreprises ont appris à gérer les soubresauts, elles ont vu qu’elles savaient être réactives et agiles face aux turbulences, qu’elles pouvaient compter sur des équipes mobilisées et engagées, mais aussi que la politique économique pouvait suivre », a expliqué Gilles Bonnenfant.

La situation sanitaire reste le risque le plus important en 2022 pour les dirigeants des grandes entreprises françaises (68,4%), suivi des risques de cyber-sécurité (53,2%) et des tensions sur l’approvisionnement (49,4%). « Je suis tout de même assez surpris de la faible place accordée aux enjeux géopolitiques (cités par seulement 21,5% des dirigeants, NDLR.) qui pourraient pourtant avoir des conséquences importantes en termes de matières premières et d’énergie », a souligné Gilles Bonnenfant.

Concernant les attentes des dirigeants des grandes entreprises françaises à quelques mois de la prochaine élection présidentielle, la simplification administrative est demandée par 74,7% des sondés, ainsi qu’une politique plus offensive pour l’aide à l’embauche (41,8%) et un soutien aux entreprises aux performances ESG (environnement, social, gouvernance) reconnues (38%).

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube