« François Beya », est-ce un sévère avertissement imaginé pour prévenir 2023 ? (Daniel Makila, Libre penseur et Analyste Politique)

Le décor planté d’une CENI et d’une Cour Constitutionnelle accusées d’être sur mesure et du reste contestées par les parties prenantes aux prochains scrutins à l’apparence déséquilibrés en faveur d’un réel espoir du changement, augure d’un passage en force sulfureux.

Quel schéma mettre en place pour taire et étouffer dans l’œuf toutes les velléités possibles, légitimes ou illégitimes ? Rien ne sert à courir au risque de multiplier par légions les dégâts collatéraux à la faveur d’une précipitation inconsidérée des stratégies. D’où, il faut préparer à tous égards les esprits dès maintenant.

 « François Beya » serait ainsi selon certains analystes le « cobaye » idéale grandeur nature d’une épée de Damoclès sur tout ce qui bouge et auront la mauvaise idée de penser autrement en 2023. Comme l’a servi un certain « Vital Kamehere » à l’entame de la mandature pour dissuader les abonnés d’Etat aux antivaleurs, « François Beya » servirait de sacrifice à tout prévaloir. Sauf que comparaison n’est pas raison. Les contenus des dossiers respectifs de VK et de « Fantomas » différent fondamentalement sur tous les plans.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube