Freddy Mulumba et le congo, victimes de la pieuvre de kagame.

La pieuvre, une bête aquatique au vin dangereusement mortel et aux bras multiples qui évolue sous l’eau, loin des regards des humains.

La Pieuvre de Kagame, ainsi a été surnommé le vaste et puissant réseau d’espionnage, de contrôle et pillage jamais déployé par James Kabarebe sur instructions de Paul Kagame, en République Démocratique du Congo.

Au cœur de ce réseau se trouve James Ndambo, un sujet Zambien très actif entre Johannesburg et Kinshasa, et qui a fait fortune dans l’aviation mais surtout dans le trafic de l’or avec la Biélorussie.

Arrivé au cœur de ce réseau par la faveur de James Kabarebe, M. James Ndambo est propriétaire de Africa Union Holdings Ltd basé en Afrique du Sud, un holding comprenant des compagnies subsidiaires dont Africa Union Financial Services (AUFS), Africa Union Commodity House (AUC), Africa Union Commodity Exchange (AUCE), Africa Union Broadband Services (AUBS), etc…

C’est l’intervention personnelle de Paul Kagame auprès de Joseph Kabila qui a permis à James Ndambo avec ses compagnies de pénétrer le marché congolais en 2018.

Le 26 mai 2018, AUFS va signer un Contrat BOT (Construire, Exploiter et Transférer) avec le Réseau de Télécommunications Satellites pour la réhabilitation du réseau Rénatelsat.

M.Emery Okundji se félicitera d’ailleurs de cet accord sans se douter un seul instant de l’agenda caché derrière cette scène.

Le 14 avril 2020, Paul Kagame instruit Déo Rugwiza, alors Directeur de la DGDA, anciennement OFIDA, d’accorder à AUFS le marché de la surveillance des frontières de l’Est de la RDC et d’une partie du Congo-central.

Avec la bénédiction de Rugwiza, M. James Ndambo installe ses bureaux au sein même du bâtiment officiel de la douane congolaise, l’immeuble qui abrite la DGDA.

Ses autres bureaux sont éparpillés à travers la Capitale Kinshasa pour servir non seulement de lieux de gestion de son vaste réseau des personnes ressources qui comprenant notamment des garçons de chambre des différents hôtels de la place, des serveuses, des prostituées, des associations estudiantines, des représentants de syndicats, des personnalités politiques, militaires et religieuses, mais ses bureaux, disions-nous, servent surtout de lieux de rencontre entre les membres du Tutsi-Power ainsi que de réception de ses invités étrangers.

Avec une savante mise en scène d’une spectaculaire saisie des matériels militaires « frauduleux » à la douane de Matadi, M. Yan Fumuatu, conseiller et ami personnel du Président Congolais, sera chargé par James Kabarebe d’obtenir directement de Félix Tshisekedi que les missions de AUFS s’étendent dorénavant à toutes les 9 frontières de la RDC.

M.James Ndambo, bénéficiant de l’assistance de son bras droit, Théophile Badoana, ainsi que du soutien de son allié Freddy Lokaso, conseiller de Félix Tshisekedi, jouit spécialement du statut de grand partenaire de la RDC.

Comme cela ne suffisait pas, James Ndambo, sur instructions de Paul Kagame, souhaite désormais mettre la main sur la toute puissante chaine nationale, la RTNC.

Le 9 septembre 2021, dans les locaux du Ministère de la communication et médias, un certain sujet « Kényan », sous une identité d’emprunt, « Stanly Ndetah », aka Stanley Ndeta Ndetah, aka Ndeh Stanley – qui du reste n’a aucun compte social sérieux – va se présenter en qualité de CEO, Chef Executif Officer de Africa Union Broadband Services, AUBS, une société subsidiaire de Africa Union Financial Services, AUFS, afin de proposer au Ministre Patrick Muyaya l’ouverture des négociations qui aboutiront à un partenariat pour, dit-il, accompagner son ministère dans la réforme de la RTNC.

Ce partenariat avec AUBS consistera à moderniser la RTNC sur 4 volets :

  1. Volet infrastructure avec la réhabilitation et la construction des bâtiments qui abriteront les bureaux de la RTNC à l’Est du Congo ;
  2. Volet technique qui concerne les matériels de diffusion, de production et de transmission ;
  3. Volet programme avec des émissions qui viseront le changement de narratif à Kinshasa et dans les villes de l’Est du Congo en proie à des guerres ;
  4. Volet ressources humaines.

Protestant contre cet accord jugé léonin et qui, vraisemblablement, va mettre en mal la souveraineté nationale, le DG ai de la RTNC, M. Freddy Mulumba, a été sans préavis, mardi 14 décembre 2021, démit de ses fonctions par son Ministre de tutelle, M. Patrick Muyaya qui a certainement reçu des instructions en faveur de ce nouveau deal.

Malgré les démentis de la honte de la SCPT, nous savons déjà que le Rwanda contrôle les communications numériques de la RDC, particulièrement dans sa partie Est, à partir des serveurs de la société rwandaise Axiom Network basée à Kigali.

 

Mais avec cette Pieuvre, Paul Kagame se rassure sur beaucoup des choses :

– La pénétration du domaine hautement stratégique de la communication et de la connectivité des institutions étatiques, l’armée, la police, les services auxiliaires, les privés et les citoyens ;

– Le contrôle des frontières de la RDC ;

– L’infiltration au Congo des unités armées, voire des mercenaires étiquetés terroristes, ainsi que des épuisements militaires ;

– Le pillage des minerais spéciaux ;

– La mise en œuvre du projet du grand remplacement et de la balkanisation du Congo.

Face à cet danger manifeste contre le Congo, nous proposons aux institutions de la République, le Sénat, le Ministère de la Justice, la DEMIAP et le Service du Contre-espionnage de l’ANR de diligenter, chacun en ce qui le concerne, des enquêtes sérieuses concernant le Réseau Pieuvre aux fins de le démanteler, de traduire ses membres en justice et d’expulser les autres.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube