Front polisario : Sidi Mohamed Omar, un personnage sulfureux !

Comme on peut bien s’en rendre compte, cette caricature remet en question l’intégrité de ce soi-disant représentant des séparatistes du front polisario (fp) à l’ONU et  dénonce le détournement de ce dernier des fonds qui doivent être alloués à la population des camps de Tindouf. Alors que d’autres aspects remettent en question son cursus académique ainsi que ses origines, et montre que son accès à l’ONU se fait toujours par le biais d’Etats membres de l’ONU ayant des conflits d’intérêt avec le Maroc.

De plus en plus, le polisario est en perte de vitesse sur le plan diplomatique. S’agit-il d’un problème de casting au niveau de ses chefs, ou bien le simple constat d’échec de ses revendications qui n’intéressent plus personne? Nombreux sont ses soutiens qui le quittent et qui préfèrent s’en tenir à la solution telle que proposée par le Royaume du Maroc et soutenue par la communauté internationale.

Cet état de choses s’accompagne d’une conséquence directe, c’est le fait que le fp n’est plus représentatif. Son discours ne passe plus et n’attire plus du monde, d’autant plus qu’il a été démontré qu’il est instrumentalisé par le pouvoir algérien.

En effet, pour bon nombre d’observateurs, peut-être que cet échec est la conséquence du fait que la diplomatie du fp est portée par des personnes incompétentes, qui sont orientées vers leurs intérêts personnels, à l’instar du représentant de ces séparatistes à New-York, Sidi Mohamed Omar.

Selon notre source, Sidi Mohamed Omar n’est même pas originaire du coin. Il est issu d’une tribu malienne, minoritaire aux camps de Tindouf.

La même source renseigne qu’il passe beaucoup de temps en Espagne où vit sa petite famille, causant une vacance quasi permanente au niveau de la représentation du fp sur place, alors que pour les sahraouis, il est nommé à New-York.

En plus, il se dit représentant auprès de l’ONU, en flagrante usurpation de qualité. Et ce, parce que l’ONU n’a jamais accordé d’accréditation au profit du polisario. Ici, la non-possession d’un badge de l’ONU au nom du polisario, en est la parfaite illustration.

A  en croire notre source, Sidi Mohamed Omar accède au siège de l’ONU via des badges de délégations étrangères. C’est dans ce sens qu’il dépense les fonds qui, en principe, doivent être alloués à la population des camps pour mener un train de vie fastueux à New-York et en Espagne.

C’est dans ce sens que plusieurs allégations affirment que Sidi Omar détourne souvent les aides financières données par l’Eglise, ainsi que par des ONG européennes et américaines. Le dernier souci de Sidi Omar est d’œuvrer pour trouver une solution politique et de négocier la question du Sahara. En revanche, il œuvre plutôt pour la prolongation du conflit au Sahara, afin qu’il profite financièrement et matériellement de cette situation.

Soulignons que Sidi Omar est incapable de tisser un réseau de contact à l’ONU et il souffre d’un complexe dû à ses origines non-sahraouies. « Son penchant à la consommation abusive d’alcool laisse poser des questions sur son intégrité », indique notre source, qui ajoute que c’est depuis 1998 en diplomatie du polisario, que le bilan du rendement de l’intéressé au sein des  représentations du fp est souvent critiqué et traité de médiocre par les sahraouis.

Enfin, il nous revient que Sidi Omar entretient de mauvaise relations avec les pseudos représentants du front polisario à l’étranger et cherche vainement à s’autoproclamer en tant que dirigeant exécutif de la diplomatie de ce mouvement.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube