Gel de la TVA sur le ciment gris: La crème intellectuelle du groupe WhatsApp Econews s’exprime

Lors sa reunion du 20 avril 2022 à la Primature, les members du Comité de conjuncture économique, sous la conduite du Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, ont décidé de geler la TVA sur certains produits de première nécessité, notamment les ciments, les conserves et beaucoup de produits de première nécessité. Et ce, de manière à contenir les prix et à jouer vers la tendance à la baisse des prix. Nous reprenons ici les discussions d’un groupe watzapp, Gpe econews, où interviennent généralement la crème scientifique du pays.

La prmeière reaction est celle de Faustin Kwediasala, patron de Econews qui pense qu’on crée des distorsions dans notre fiscalité qui finiront par fragiliser tout le système. Les mesures portant allègements la Tva doivent être le fait d’un grande refonte de la réforme créant la TVA. C’est pas par des effets trompe-l’œil qu’on profitera de cette forme de prélèvement

Tout est parti de la question posée par le journaliste Jonas Eugène Kota, et ce, après la decision du Comité de conjuncture économique, selon laquelle, la TVA étant le fait d’une loi, peut-on la geler sans l’accord du législateur?

Faustin Kwediasala: C’est tout le problème. Ne peut modifier une loi que celui ou celle qui l’a instituée? Chez nous, tout évolue à l’envers. L’exécutif croit avoir plus de pouvoir que le Parlement. C’est ce qu’on reproche au vieux Mboso qui a denaturé l’Assemblée nationale.

DR: Il aura été mieux de voir d’abord l’impact de la TVA sur le ciment gris, qui est jadis faible. Ce qui ne réduirait pas sensiblement le coût du ciment… C’est mieux de réduire plutôt la parafiscalité qui augmente le coût de production par conséquent le prix de vente.

Faustin Kwediasala: La defiscalisation est la seule voie pour aider les entreprises à se relancer. Tout le reste, c’est de la propagande politique. Toutes choses restant égales par ailleurs, si on défiscalise un acte générateur dans un secteur…on doit absolument trouver une source compensatoire sur l’assiette fiscale globale  …Sinon les recettes totales attendues vont en pâtir…Donc si le Gouvernement veut maintenir le niveau des recettes totales initiales, il devra jouer sur le paramètre « taux » en le relevant sur les actes générateurs non concernés par la mesure de défiscalisation…chose qui n’est pas à souhaiter du point de vue social.

Chez nous, l’assiette fiscale est si étroite que la pression fiscale s’exerce sur un petit nombre. Ouvrez une petite boutique au coin de la rue et vous verrez comment les services de l’Etat vont s’acharner sur vous. Un exemple, PPC Barnet se plaignait récemment de payer pas moins de 66 impôts et taxes. L’entreprise, qui venait à peine de s’installer dans le Kongo Central, se disait asphyxiée, demandant à l’Etat d’alléger la fiscalité. Defiscaliser, c’est aider ces entrepries à respirer sans que l’Etat ne réduise ses moyens d’actions. Posons nous une question: qu’est-ce que l’Etat congolais fait en faveur de ces entreprises? Rien du tout. Mais, en retour, ce sont les mêmes qui doivent contribuer et contribuer davantage. Il est temps de les aider. Et l’arme fiscale est l’idéale.

John Tshiyombo: C’est un débat très long mais pertinent parce que la pression fiscale chez nous est en deçà la moyenne d’Afrique subsaharienne…En réalité, la marge des entreprises est définie dans les structures des prix soumises à l »État…Elles bénéficient aussi, au moment de l’implantation des avantages relevant du code des investissements… C’est un débat très long de l’œuf et de la poule…

Faustin Kwediasala: Les éleveurs savent mieux expliciter cette notion de defiscalisation. Tu veux que tes vaches te produisent plus de lait et de viande, faut bien les sevrer. Tu les laisses se débrouiller, attends-toi aussi à moins de lait et de la bonne viande. Voilà en format simple la fiscalité des entreprises.

Hervé Molongya: Généralement, la baisse de la TVA profite aux distributeurs et très peu aux consommateurs. Cette baisse a comme miroir le relèvement de la marge bénéficiaire des entreprises car rien ne les oblige légalement à répercuter cette baisse sur le prix de vente final. La solution pérenne est l’accroissement du pouvoir d’achat des consommateurs.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube