Gilbert Kabanda, des actions à impact réel

A la tête du ministère de la Défense nationale et des anciens combattants depuis avril 2021, Docteur Gilbert Kabanda Kurhenga a enregistré plusieurs exploits dans le cadre de son programme d’action au sein du gouvernement Sama Lukonde. Et ce, dans la droite ligne de la vision du chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Plusieurs défis ont été relevés, notamment en ce qui concerne la bonne moralisation des troupes des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), surtout en cette période de l’état de siège décrété par le Commandant suprême, en Ituri et au Nord-Kivu pour mettre fin à l’activisme des groupes armés.

Dans plusieurs de ces déplacements à l’intérieur du pays, particulièrement dans la partie Est, Docteur Gilbert Kabanda insiste toujours sur la bonne gestion des ressources logistiques et financières de l’armée.

C’est ce qui a aussi justifié sa descente à Likasi, Béni, Lubumbashi, Bunia et tant d’autres endroits.

Dans toutes ces causeries morales avec les troupes au front, le ministre Kabanda est toujours revenu sur son cheval de bataille qu’est « la moralisation de l’armée congolaise et la bonne gestion des fonds destinés à l’armée ».

« Nous pensons que le budget 2022 pourra alléger de manière substantielle les difficultés logistiques et financières que connaissent les unités. Mais je dois ajouter qu’il y a une difficulté de commandement dans son aspect moral, pour dire, comment le commandant se comporte vis-à-vis de l’argent de l’Etat, vis-à-vis des biens de l’Etat. Je l’ai dit aux officiers, que chacun de nous doit faire une introspection pour que s’il y a augmentation du budget, que cette augmentation ne soit pas celle qui entre dans le trou habituel, mais une augmentation qui doit se sentir dans les services, dans les bataillons, dans la brigade, au niveau de la région, au niveau des provinces », avait-il affirmé devant les militaires Fardc a Likasi dans le Haut-Katanga.

A Lubumbashi également, le ministre de la Défense nationale et anciens combattants, Gilbert Kabanda avait insisté que : « les principes fondamentaux qui président à la gestion des hommes, c’est notamment la moralité dans la gestion des hommes. Je leur ai rappelé que la première qualité d’un chef, ce n’est pas une qualité technique, ni sa qualité scientifique, même sa qualité religieux ; c’est plutôt sa qualité morale, parce que toute autorité est d’abord une autorité morale, au sens universel, au sens propre du mot ».

Et d’ajouter : « ce n’est que lorsqu’une autorité est de bonne moralité, qu’il attire l’adhésion de ses subalternes, et ces derniers obtempèrent à ses ordres, et que par conséquent, il peut les rendre opérationnels au maximum. Lorsque la moralité manque dans une communauté w dans une entreprise, une armée, tout le reste ne sert à rien ».

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube