Goma : JED forme 15 journalistes en matière de psychologie et lutte contre les traumatismes

L’organisation journaliste en danger JED a tenu une formation sur le suivi psychologique à l’intention des journalistes victimes des atteintes à la liberté de la presse lors de l’exercice de leur métier, du 18 au 19 mai 2022 où 15 chevaliers de la plume ont été conviés.

Selon cette organisation de défense de la liberté de la presse et de protection des professionnels de médias, l’objectif poursuivi de cette session, c’est de contribuer au renforcement de la protection et de la sécurité des journalistes pour qu’ils continuent à jouer le rôle d’apporter au public une information utile au développement avec courage et professionnalisme.

Willy Kunkadi, chargé de projet chez JED, explique que c’est une première session de briefing sur le suivi psychologique avec bien évidemment des spécialistes qui ont été contactés, notamment un psychologue clinicien, et espère doter des journalistes victimes des violences de leur liberté des outils qui leur permettent d’y faire face et de se prendre en charge.

Puisque beaucoup de chevaliers de la plume et du micro sont souvent traumatisés avec des stresses liés à plusieurs problèmes et risques rencontrés sur le terrain dans un reportage ou après des émissions et/ou des informations diffusées qui laissent des traces physiques visibles et invisibles qui sont psychologiques, ce sont des stress et des traumatismes qui durent et qui peuvent être dangereux s’ils ne sont pas pris en charge.

« Le suivi psychologique, puisque la plupart sont traumatisés avec des stress, il faut que l’on soit en mesure de prendre en charge ses stresse là de le gérer. C’est ainsi que nous avons choisi de former une équipe des journalistes qui peuvent être des assistants psycho-social qui peuvent appuyer les autres ou eux-mêmes à gérer les stresses pendant qu’ils sont traumatisés. Voilà pourquoi en général nous avons résumé notre cession à une fiche qui peut permettre un journaliste de consulter son collègue en cas de stress et aussi de référer au cas où la situation est sévère », explique-t-il.

Il ajoute qu’un forum sera créé constitué des journalistes assistants sociaux qui vont commencer à accompagner leurs confrères et parfois eux-mêmes pour lutter contre des traumatismes causés par un état d’anxiété. D’où un contrat sera également signé avec un centre des soins psychologiques pour faciliter la tâche.

« Ce qui va suivre, nous allons créer un forum constituer d’un forum des ABC des journalistes  assistant social qui vont commencer à accompagner d’autres journalistes, et parfois eux-mêmes aussi et aussi nous sommes en train de préparer à signer un contrat avec un centre des soins psychologique pour que quand un journaliste reviens du terrain, il a fait, ou il a vu des choses traumatisantes, qu’il soit pris en charge. Mais en attendant, nous allons travailler avec un spécialiste sur place et qui va collaborer avec le centre qui est à Kinshasa », a-t-il ajouté.

Gloire Balolage à Goma

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube