Interdiction de la vente des syllabus à l’UPN : Les étudiants redoutent d’éventuelles retombée

Un malentendu est survenu dans le fief des étudiants congolais en général et ceux de l’Université pédagogique nationale (UPN),  en particulier au sujet de l’achat de support du cours. Lors de sa visite sur les lieux, le ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU) avait interdît la vente de syllabus.

Une situation qui est était très difficile à installer dans l’enceinte du cercle des professeurs et qui a connu une division faisant naissance à deux groupes dont ceux livrent gratuitement et ceux qui ne veulent pas le faire mettant les étudiants en difficultés.  Actuellement, la remise de syllabus est maintenant gratuite en version électronique à l’Université pédagogique nationale pour certains professeurs et une autre catégorie n’acceptent pas de remettre gratuitement les contenus des cours auprès des étudiants.

Certains professeurs du département des Sciences de l’information et de la communication font partie de cette logique qui va à l’encontre de la décision du chef de l’État. Malgré cette gratuité des syllabus, les professeurs continuent à exiger aux étudiants de payer le droit d’auteur, alors que La plupart des auditoires sont bondés; contenant parfois près de 800 étudiants. Chose qui dépasse largement la capacité d’accueil de cette institution.

Dans une situation pareille, les étudiants ont du mal à saisir les cours et comprendre les enseignements. Raison pour laquelle la majorité d’étudiants estime que le syllabus en papier est mieux parce qu’il vient combler le vide en facilitant la révision de la matière à la maison.

De ce fait, d’autres étudiants s’opposent aux supports électroniques qui constituent une fracture numérique pour ceux qui n’ont pas de téléphone Android. D’autres encore craignent pour leur réussite qui devient lucrative. Certains professeurs conditionnent la réussite à l’achat du syllabus et par peur, les étudiants se trouvent obligés de se mettre aux exigences des enseignants.

Rappelons que le ministre de l’ESU Muhindo Nzangi est formel quant à la mesure interdisant « ‘la vente des syllabus« ‘. Tout professeur est dans l’obligation de mettre à la disposition des étudiants les syllabus en version électronique sans conditions.

Jean-Luc Lukanda

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube