Judo: Le ministre des Sports interpellé quant à la situation au sein de la Fénacoju

Pour revenir à la situation de crise qui a élu domicile au sein de la Fédération Nationale Congolaise de Judo et qui perdure, le ministre Chembo Serge Nkonde détient une part de responsabilité. Il est interpellé parce qu’il détient la clé pour décanter la situation. D’aucuns pensent à juste titre du reste qu’il ne veut pas l’utiliser.

Comment en douter, lorsqu’ayant pris l’initiative de réunir les deux camps opposés, le ministre avait pris la décision de mettre sur pied une coordination. Chaque camp devait donner trois membres et un délégué du ministère devrait jouer le rôle de coordonnateur. Bientôt un mois passé, rien n’est fait dans le sens souhaité. Un camp continue et s’obstine à s’opposer tandis que le ministre reste sans réaction. Pas de coordination, ni signature d’un arrêté y relatif.   Le flou demeure. Les athlètes sont oubliés et dans l’incertitude du lendemain cas de Marie Branser. D’aucuns oublient que présentement, seul le président de la Fénacoju a le loisir d’engager les athlètes à une compétition. Marie Branser est bloquée à ce niveau. Toutes ses correspondances auprès de la Fénacoju, du COC que du ministère n’avaient abouti à rien. Elle est descendue à Kinshasa tirer les choses au clair. Continuer à servir la RDC ou changer de pays puisque les demandes n’en manquent pas. Ignorer Marie Branser, c’est être contre la RDC, être contre le président de la République et contre le judo congolais. Le ministre est appelé à trouver rapidement solution au cas Marie Branser et surtout décanter une fois pour toute la situation de la Fénacoju et qu’on aille rapidement aux élections devant élire les nouveaux dirigeants.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube