Julien Paluku préside la 15ème réunion du Comité de pilotage national du programme de mise à niveau des entreprises

La mise en place des stratégies pour le financement des projets industriels à impact socio-économique à court terme et des mécanismes de garantie de financement à accorder aux porteurs de ces projets industriels avec des facilités à accorder, ce point a été au cœur de la 15ème réunion du comité de pilotage national présidée ce mercredi à Kinshasa par le ministre de l’Industrie.

Julien Paluku Kahongya a invité le Guichet de mise à Niveau-GMN d’appuyer sur l’accélérateur  sur l’accompagnement technique et financier des porteurs des projets  qui sont  lauréats de la Master Class  de 2019  appelés  à  se regrouper  pour capter les différentes opportunités.

Le financement  de ces projets industriels à impact socio-économique à court terme   s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre  du Plan Directeur d’Industrialisation de la République Démocratique, d’où les Zones Économiques Spéciales doivent être développées dans le corridor Est pour que la RDC ne soit  pas un dépotoir avec son adhésion dans différentes organisations  continentales et régionales dont la Zone de Libre Échange Continentale Africaine-ZLECAF et la Communauté des États de l’ Afrique de l’Est, a  ajouté  le ministre de l’Industrie.

« Cette mission de mise à niveau a pour ambition principale de mettre à niveau les entreprises au regard de toutes ces menaces que nous faisons face. Toutes ces organisations que nous intégrons, notamment la ZLECAF, la CEEAC, la SADC, maintenant l’Est African Community. C’est bien d’y adhérer, mais si nous ne nous y préparons pas, elles risquent de nous avaler. Nous risquons d’être le dépotoir, le déversoir », explique Julien Paluku, qui pense que si nous n’avons pas une politique agressive à la fois industrielle sur tous les plans. Vous avez suivi la présidente tanzanienne qui disait qu’il faut tout faire pour arranger nos routes jusqu’au Congo, parce que c’est le seul marché qui nous reste. Tout le monde se préparer, parce qu’on sait que la Rdc constitue les 100 millions des consommateurs. D’où, nous le ministère de l’Industrie nous misons sur la création des zones industrielles le long de ce corridor Est pour nous permettre d’installer les unités de transformation, pour nous permettre d’inonder les marchés de l’Est.

L’Organisation des Nations Unies pour Développement Industriel (ONUDI), le Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) et le Fonds de Garantie pour le Congo qui ont participé à  cette réunion  technique ont réitéré  leurs engagements fermes de financer  ces projets industriels.

Dès la semaine prochaine, les institutions financières commenceront avec l’analyse des business plan portés par ces inventeurs et innovateurs indiqué le Directeur du Guichet de Mise à Niveau-GMN, Denis Mutombo au cours de l’interview accordée à la presse.

« La réunion de ce matin a porté essentiellement sur la problématique du financement des projets industriels à impact socio-économique et nous avons réceptionné depuis un certain moment au guichet de mise à niveau des entreprises. Nous demandons aux porteurs des projets d’être apaisés. Nous sommes en train de travailler et dans cette réunion de ce matin, l’ONUDI, le FPI, le Fonds pour l’inclusion financière, le Fonds de garantie de l’entreprenariat au Congo ont fait des promesses fermes quant au financement de leurs projets d’ici deux ou trois mois », dit-il.

Concernant précisément l’ONUDI, elle nous a dit que c’est entre septembre-octobre. La prochaine étape, c’est le financement proprement dit, parce que nous sommes en train d’aider ces porteurs de projets à perfectionner d’avantage leurs plans d’affaires. C’est ainsi que la semaine prochaine, il y aura une évaluation par les banquiers pour voir si ces plans d’affaires sont bancables.

Signalons également que la FEC et l’INP ont pris part à cette rencontre.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube