Kabasele Tshimanga : « L’Ouganda et le Rwanda doivent arrêter de financer le M23 »

La proposition de la loi électorale du G13, le Forum dit de Réconciliation de Lubumbashi et la réactivation du M23 ont constitué les trois points abordés avec le Président National de l’Union des Démocrates Socialistes (UDS), le Sénateur honoraire Crispin Kabasele Tshimanga Babanya Kabudi. Il s’exprime sans aller par le dos de la cuillère.

Une proposition de la loi électorale à retoquer

Concernant le premier sujet, le Président National de l’UDS a été tranchant sur la proposition de la loi électorale du G13 actuellement en discussion au niveau de l’Assemblée Nationale : »Cette proposition de la loi électorale présentée par le fameux G13 est à refaire totalement. Elle ne traduit aucune ambition ni vision politique. Elle n’innove même pas. Elle ne renforce nullement notre jeune démocratie. Elle ne contribue pas à la transparence des opérations électorales. Elle constitue un grand recul démocratique dans ce sens que le peuple, souverain primaire, n’est pas pris en compte quant à la désignation des gouverneurs de province et des sénateurs. Sur ce point, cette proposition jette une grande confusion dans les esprits. Elle s’apparente à un tour de prestidigitation »

Il poursuit : « Le système d’ériger la barre de 60% de l’ensemble des circonscriptions pour l’entérinement des listes électorales est une disposition démocraticide. Elle n’encourage pas l’émergence d’une véritable démocratie populaire à la base. Elle étouffe la croissance des partis locaux et régionaux. De ce point de vue, elle va à l’encontre de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Elle est aussi liberticide. Le refus d’imposer l’élection des gouverneurs de province et des sénateurs au suffrage universel direct favorise la corruption et le tripatouillage au niveau de la collecte des résultats par l’administration électorale. La publication des résultats électoraux au niveau de chaque bureau de vote n’est pas une innovation. Au contraire, tout en instaurant le scrutin uninominal à un tour, les résultats provisoires doivent être proclamés au niveau de chaque circonscription le même jour de l’élection. Faire remonter les résultats électoraux à l’administration électorale centrale n’est pas un gage de transparence. A cela, il faut ajouter que cette proposition de la électorale émanant de l’opposition ne s’inscrit pas dans la vision ni ne rencontre les promesses du Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. »

Le Forum de Lubumbashi, une honte pour les démocrates congolais

Le Sénateur honoraire Crispin Kabasele Tshimanga Babanya Kabudi s’est également prononcé sur le Forum de réconciliation qui s’est dernièrement déroulé à Lubumbashi : « Je condamne les assises dites Forum de réconciliation des anciens Katangais qui ont eu lieu à Lubumbashi dans le Haut-Katanga. Ce fut une rencontre de la honte et des antidémocrates congolais. Tous les Congolais se sont battus pour l’avènement de la démocratie dans notre pays. Mais, une démocratie ne se construit pas sur la base des clans, des tribus, des ethnies ou des provinces. La démocratie va au-delà des tribus et des provinces. Elle est antinomique des tribus et des provinces. D’ailleurs, la loi congolaise sur les partis politiques interdit des partis à caractère tribal, ethnique et provincial. Il faut noter que l’ex-province du Katanga n’existe plus. Se regrouper sur la base d’une entité territoriale supprimée, c’est anticonstitutionnel. Brandir le spectre sécessionniste c’est une provocation. Cela est inacceptable dans tout État de droit qui se respecte, surtout que les acteurs étaient, il n’y a pas si longtemps, aux affaires publiques où ils étaient incapables d’asseoir la décentralisation. Il est à souligner que l’ex-Katanga n’est pas une entité territoriale homogène de tous points de vue. Donc, cette une rencontre contre nature n’a rien accouché. »

Il a fait une mise en garde sévère : »Les nostalgiques de la sécession katangaise de triste mémoire se trompent d’époque. La prospérité locale a bénéficié de l’apport de tous les Congolais et même des étrangers. Elle n’a jamais été l’œuvre de seuls vrais et faux autochtones. Pour ce faire, aucun patriote congolais ne cautionnera une nouvelle aventure sécessionniste. »

Halte aux provocations ougandaises et rwandaises

Le Président National de l’UDS s’insurge contre les malheureuses aventures du M23 et autres groupes armés de l’Est : « Nos compatriotes de l’Est souffrent, chaque fois, que les pays voisins activent des mouvements rebelles à leur solde contre la République Démocratique du Congo. Militairement parlant, notre armée ne regorge pas des enfants de chœur. Ce sont des guerriers bloqués parfois par des problèmes structurels internes. Nos voisins se trompent. Nous connaissons leur modus operandi. Ce jeu ayant trop duré, notre pays a droit à la paix pour se développer. Il faut que les Ougandais et les Rwandais arrêtent de financer les groupes armés sur notre territoire. Où sont les Américains qui encouragent ces pays ? »

Propos recueillis par

Jean Kabeya Mudiela Ndungu/Cp

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube