Kasaï-Oriental : Voici les défis qui attendent Kabeya Matshi Abidi

Après plusieurs mois, voire les années de tâtonnements, le Kasaï-Oriental a enfin son nouveau gouverneur élu : Matthias Kabeya Matshi Abidi. Il remplace à ce poste l’ex-diamantaire Maweja Muteba dit Mao dont le bilan à la tête de la plus petite province de la Rdc a été catastrophique. L’homme était complètement perdu ne sachant par où commencer dans une entité totalement délabrée et qui exigeait une thérapie de choc. Aujourd’hui, un Udps vient de remplacer un autre avec la bénédiction de la hiérarchie qui s’est totalement impliquée à travers son Secrétaire général, Augustin Kabuya.

Une province à reconstruire

Autrefois vache à lait de la République par la production de son diamant de joaillerie, le Kasaï-Oriental a perdu de tout son prestige. Tout est en ruine. Et la misère se sent dès l’aéroport. La Minière de Bakwanga qui donnait vie à cette province n’est que l’ombre d’elle-même. Il faut des millions et plusieurs millions de dollars pour la relever.

Et le gouvernement ne semble pas les avoir pour le moment. L’infrastructure est inexistante pour la grande partie de la province. C’est à peine que la voirie urbaine tente d’exister à travers le projet Tshilejelu. Les routes de desserte agricole qui pouvaient stimuler l’agriculture sont en pleine dégradation. Le commerce, l’un des points forts du peuple Luba s’est effondré avec la chute de la valeur du diamant.

Conséquence : un exode tous azimuts vers le Grand Katanga et Kinshasa à la recherche de la survie. Si les terres existent, les conditions de la relance de l’agriculture sont loin d’être réunies. Et les routes qui relient le Kasaï-Oriental aux autres provinces sont également dégradées au point où le ravitaillement de cette entité se fait avec peine. Le déplacement se fait essentiellement par la moto.

Que peux faire Matshi Abidi ?

Il a du pain sur la planche. Le nouveau gouverneur n’aura pas le temps de la grâce. Il sera tout de suite attendu à l’œuvre à commencer par les députés provinciaux qui sont impayés depuis plusieurs années.

La population affamée n’a pas le temps d’écouter les discours. Elle veut l’action et maintenant. Mais d’où viendra l’argent pour relancer les activités de cette province ? L’Udps qui a soutenu son candidat doit certainement avoir sa petite idée de ce qu’il faut faire. C’est ce que la population attend voire. Si le gouvernement Sama Lukonde ne s’investit pas dans un plan d’urgence pour stabiliser le Kasaï-Oriental (dont la population se déverse chaque jour sur le Grand Katanga), il est fort à craindre que ce nouveau gouverneur voté à l’unanimité n’échoue comme son prédécesseur. La volonté seule ne suffit pas, dit-on.

Kinshasa doit soutenir Matshi Abidi (deux oreilles) qui n’a pas une grande expérience dans la gestion de la chose publique et qui compte énormément sur l’implication de tous y compris le chef de l’État pour la relance de la Miba, cheville ouvrière de la relève du Kasaï oriental.

Simon Kabamba

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube