LA COUR DU ROI ET LA COUR DE DIEU (Le P. Simon Pierre Kalala fc)

Ce 11 juillet 2021, l’Eglise catholique célèbre le XVème dimanche du Temps Ordinaire B. Le P. Simon Pierre Kalala fc, dans sa méditation intitulée « La cour du roi et la cour de Dieu » parvenue au Quotidien.cd, s’est référé à Amos 7,12–15 ; Psaume : Psaume 85,9–14 ; Éphésiens 1,3–14 et Marc 6,7–13.

Il explique que peu de temps qui nous reste nous fait parfois trop trembler. Tous les évènements du monde nous volent souvent le peu de sourire difficilement acquis. A qui se vouer sans se laisser prendre comme un gibier à transformer en vassal ? Tout est intérêt. Tout est calculé. Et pourtant Dieu n’est pas mercantile. Il ne cesse de susciter les prophètes pour renoncer, annoncer et dénoncer enfin que le monde retrouve la paix. Personne n’est exclu à cet engagement. A l’en croire, les trois lectures d’aujourd’hui nous permettent, selon notre méditation, à réfléchir sur les trois points suivants :

  1. LA COUR DU ROI ET SES PROPHETES

La première lecture nous décrit la scène d’un prophète de classe moyenne sorti du territoire de Judas pour prophétiser au Nord par mandat divin. Après son renoncement à son travail de bouvier, il se met à dénoncer le mal malgré le mécontentement du pouvoir et du clergé classique de la cour royale. Dans l’esprit d’Amasias, l’Aumônier du temple royal, le sacerdoce est un métier payant. Ainsi renvoi-t-il Amos d’aller gagner son pain en Judas. Ce qui a été vécu à l’époque se poursuit sans interruption actuellement. La tentation est toujours là pour les serviteurs de Dieu à se vouer à la cause de la cour royale. Chacun peut se sentir de facto ou de jure appartenir à la cour royale par des services à rendre, par des liens familiaux ou tribaux, par des besoins de positionnement politique ou par fanatisme. Conséquence de cette attitude est le relativisme des actes de l’Eglise : des individus non en règle communierons sans interpellation, les séparés de l’Eglise parraineront des baptisés à cause de leur positionnement politique, les absoutes seront accordées à ceux qui ont renié leur foi catholique parce que c’est la volonté d’une famille de prestige. La cour de Dieu ne peut être dépotoir de certains renégats privilégiés.

  1. LA COUR DE DIEU ET SES APOTRES

Dieu ne cesse d’envoyer ses apôtres qui doivent continuer une mission très complexe. Après avoir appelé ses disciples, Jésus les envoie deux par deux pour apporter l’évangile. C’est le moment pour ses disciples de faire l’expérience de travailler loin du Maître mais dans la collaboration et l’unité. Les disciples sont les membres de la cour de Dieu. Ils doivent avoir comme référence les instructions de leur Maitre qui est Jésus. Ils ne doivent pas passer leur temps à développer ce qui se passe à la cour du roi au risque de se laisser corrompre. Ils sont plutôt appelés à méditer les messages de leur Maitre qui leur permettront d’avoir des mots justes pour apporter la lumière lorsque le monde est obscurci par le jeu de la cour du roi. Jésus sait qu’il nous envoie auprès de ceux qui seront touchés par l’évangile et de ceux qui se révolteront contre nous. Cependant, l’essentiel est d’aller annoncer l’évangile en toute confiance et dans une grande conviction.

  1. L’EVANGILE SUR LE CHEMIN DU MONDE PAR TOUS POUR TOUS

Au-delà d’être prophète de la cour du roi ou celle de Dieu, chacun de nous réalise son voyage terrestre avec une mission particulière. Nous avons reçu de Dieu notre vie et il nous accorde la possibilité d’entrer en contact avec ses volontés et ses lois par son Fils Jésus-Christ. Nous ne pouvons jamais vivre comme si nous ne rendrons jamais compte à qui que ce soit un jour. Et s’il est demandé aux fidèles de ne pas pouvoir se désolidariser de leur foi quand il leur arrive d’exercer une fonction en dehors de leur religion, les pasteurs doivent encore faire mieux pour ne pas gaspiller plus de temps à défendre les intérêts de la cour royale que de la cour à laquelle ils doivent offrir leur vie pour le peuple qui a besoin de la justice et de la vérité.

Allons-y avec l’autorité du Christ pour débusquer les esprits impurs ; marchons avec le bâton pour la route afin que nos mains ne se tendent pas vers la corruption et la mendicité d’un peu de pain, de sac à provision et d’argent malhonnête. Le pain injustement obtenu à la cour royale est plaisant en mains mais se transforme en gravier dans la bouche. Le pain obtenu sainement à la cour de Dieu est minuscule en main mais nous transforme en divin par sa manducation.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube