La FEC demande à Nicolas Kazadi de lever la mesure de suspension des exonérations

Sans désemparer, le ministre des Finances Nicolas Kazadi poursuit son combat dans le cadre du dialogue social avec les différents partenaires du gouvernement congolais au sujet de la mobilisation décuplée des recettes publiques, afin de matérialiser la vision du président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. D’une part, il s’agit de déblayer le terrain pour recréer la confiance entre les contribuables et l’Etat congolais et d’autre part, renforcer les mécanismes de transparence en mettant en relief la légalité et le respect des engagements.

A en croire une dépêche de la Cellule de communication du ministère des Finances, c’est dans cette optique que l’argentier national a échangé ce mercredi 4 août 2021, avec un noyau important composé des membres de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) dans leurs installations. Au cours de cette séance de travail de prise de contact, il était question de s’appesantir sur quelques questions de l’heure jugées prioritaires au sein de cette corporation que Nicolas Kazadi a qualifiée de marché à travers lequel l’Etat collecte l’impôt. Parmi les matières abordées figurent en bonne place, la suspension des exonérations, le débat sur la TVA des miniers,…

En ce qui concerne la suspension des exonérations depuis le mois de septembre 2020, le président de la FEC, Albert Yuma a imploré le patron des Finances congolaises de revoir cette mesure qui obstruerait le bon fonctionnement d’une myriade d’entreprises dans le secteur privé. Répondant à cette préoccupation cruciale, le désormais homme qui vise la mobilisation accrue des recettes publiques n’y est pas allé par quatre chemins, en refusant de mettre la charrue avant les bœufs.

Le ministre des Finances a rappelé à ce sujet la nécessité pour l’Etat d’avoir les ressources pour répondre favorablement aux préoccupations de sa population. Mais sans donner une réponse définitive, il a estimé que cette question et bien d’autres trouveront des réponses satisfaisantes lors des réunions circonstanciées qui auront lieu selon les besoins. Mais sans prendre parti pour la DGDA ou la FEC, il a tout de même fustigé beaucoup d’exonérations accordées dans le passé qui violaient de manière systématique les dispositions légales qui s’y rattachent en sus du fait que cela faisait perdre au trésor public, énormément d’argent.

Nonobstant les multiples inquiétudes exprimées par les membres de la FEC, l’argentier national a clarifié les choses en évoquant le paiement de la TVA dont le contentieux continue à ancrer la suspicion. A ce propos, il compte instituer une commission qui aura pour mission de prendre des résolutions devant garantir la paix sociale sans casse. Pour démontrer qu’il est un homme réaliste et pragmatique, Nicolas Kazadi a donné l’exemple du conflit réglé avec maestria qui opposait la DGDA à la Rawbank qui se chiffrerait à plus de 3 milliards USD. Des applaudissements très nourris s’en sont suivis, car l’objectif poursuivi est celui de contribuer sans relâche à l’épanouissement réel des entreprises privées.

En tant que simple remue-méninges, cette première réunion de prise de contact entre le ministre des Finances et la FEC n’est pas une simple formalité, comme c’est devenu une accoutumance en RDC. En revanche, elle a permis aux deux parties de jeter des bases solides sur l’envie de créer la classe moyenne à travers l’entrepreneuriat perpendiculaire qui aura dorénavant pour socle le fonds d’investissement pour la diversification de l’économie congolaise, une initiative louable de Nicolas Kazadi.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube