La loi Noël Tshani, progression ou régression en Rdc ?

Cette réflexion sur le verrouillage de l’accès au poste du président de la République nécessite des idées forces pour aboutir à une solution murement réfléchie et apaisante, non de recourir à une démonstration des biceps, des injures, des tribalismes et des menaces comme font certains leaders politiques.

Ce comportement confirme la thèse de l’immaturité politique de l’homme politique congolais. Pour répondre à cette question, je dois tenter de faire un aperçu historique de notre cher pays car, « un peuple sans histoire, est un peuple sans avenir ».

Certes, notre beau pays tire son origine du Royaume Kongo. A cette époque, pour accéder à la royauté, il faut être de père et de mère congolais, comme par exemple le roi Muabi Mayidi, roi Zonanga Mowa, roi Mbala Lukeni, roi Nzinga Nkuvu. D’autres personnages comme Simon Kimbangu, Kasa Vubu, Lumumba, Etienne Tshisekedi, Kimpa Vita…, ont tous des parents congolais.

A l’arrivée des colonisateurs, le Congo a connu une nouvelle donne, nos compatriotes ont eu des enfants avec les étrangers, ce qui a fait qu’aujourd’hui, nous avons des congolais issus de père étranger ou mère étrangère.

Au regard de la loi, ils sont tous des congolais d’origines. En réalité, il n’y a pas le débat sur la nationalité mais plus tôt sur le verrouillage de l’accès au poste du président de la République.

A cet effet, j’estime que le poste de président de la République doit être réservé aux Congolais de père et mère. Toutefois, le Congolais issu de père étranger ou mère étrangère doit être soumis à des conditions cumulatives ci-après :

1) être né en Rdc ;

2) avoir fait minimum 20 ans en Rdc ;

3) marié à une personne congolaise ;

4) savoir parler une des langues congolaises ;

5) n’est jamais livré au profit d’un état étranger.

Ces conditions permettront de maitriser la réalité de notre pays et surtout d’avoir l’amour patriotique. Le verrouillage de l’accès au poste du président de la République n’est pas l’invention congolaise, ça se trouve aussi dans les lois des pays des vieilles démocratiques. Certaines dispositions de la constitution doivent être révisées pour son application.

Bettens Ntumba

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube