La population asphyxiée : Bientôt l’augmentation des tarifs des appels, sms et internet

Dans un communiqué de presse, la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) informe l’opinion publique de l’augmentation prochaine des tarifs des services de télécommunications sur toute l’étendue de la République.

En effet, pour rémunérer les prestations de l’Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications du Congo (ARPTC), le Gouvernement a instauré de nouvelles taxes à charge des Opérateurs des télécommunications sur l’ensemble des services (appels, sms et internet).

Malgré eux, les Opérateurs n’ont donc pas d’autre choix que d’augmenter les tarifs de différents services sur lesquels le Gouvernement a décidé d’appliquer ces nouvelles charges. Les opérateurs sont obligés également de retirer certaines offres généreuses de certains services accordés aux consommateurs dont Facebook Flex.

Ces nouvelles charges au bénéfice de l’ARPTC généreraient plusieurs centaines de millions de dollars américains en rémunération des prestations de cette institution qui sont déjà prises en charge pour certaines d’entre elles (la veille sur la qualité des services rendus aux usagers du service public, la protection des données à caractère personnel, le contrôle du trafic entrant et sortant et le contrôle technique des équipements du secteur).

Dans le même document, la FEC regrette cette mesure qui alourdit (inutilement) la charge des ménages dans un contexte socio-économique difficile, mais également la pression fiscale dans le secteur des télécommunications (laquelle s’élève à ce jour à 34% dans notre pays, alors que la moyenne en Afrique Sub-Saharienne est inférieure à 22%).

« Des telles mesures sont de nature à repousser les investisseurs dont le pays a pourtant besoin pour son développement. La FEC rappelle, une fois de plus, la nécessité pour les Autorités de créer un environnement légal, réglementaire et fiscal sain, susceptible de consolider les investissements présents, à défaut de pouvoir en attirer de nouveaux », indique le communiqué de presse.

Voilà pourquoi la FEC appelle le Gouvernement à revenir sur cette mesure aux conséquences désastreuses dans l’intérêt du bien commun de toute la nation.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube