« La production du cuivre qui était de 840.000 tonnes en 2016, a presque doublé en 2021 » (Zhu Jing)

C’est en homme heureux d’avoir visiter le Lualaba et le Haut Katanga, que l’ambassadeur de la République populaire de Chine a fait la restitution à une poignée de journalistes. Cette visite d’une semaine a été réalisé dans l’objectif de voir de ses propres yeux ce qui se passe réellement sur le terrain, de ce que fait réellement la coopération sino-congolaise dans ces deux provinces.

Le deuxième objectif, dit-il, les provinces de Lualaba et le Haut Katanga sont très importantes, c’est une région très particulière qui regorge le boom minier. Pour mieux comprendre le pays, il ne faut pas seulement rester dans la capitale, mais il faut aussi aller dans le Congo profond.

Sur place dans les entreprises à capitaux chinois, M. Zhu Jing dit avoir vu des investissements réels et effectifs. « On voit que des gros investissements ont été réalisés. Installation des équipements d’exploitation et d’extraction minière, chaine de transformation des minerais ultra-moderne », dit-il. Chez Sicomines et TFM par exemple, il y a des chaines de transformation robotisées. Une chaine de production de cuivre qui nécessite seulement une dizaine de personnels pour contrôler toute la chaine.

En gros, explique-t-il, tout ce que je vois est réel. Ce sont des investissements qui ont une valeur de plus de 10 milliards de dollars, qui ont été investis pendant moins d’une décennie. C’est qui m’étonne, c’est la visite avec laquelle ces investissements ont été réalisés qui est impressionnante ! Preuve que le partenariat sino-congolais est un partenariat effectif, un partenariat dans lequel les deux parties s’engagent avec des réalisations concrètes. Ce ne sont pas des promesses en l’air, mais des actions concrètes qui se réalisent quotidiennement.

Un autre constat, la coopération sino-congolaise est non seulement fructueuse, mais aussi gagnant-gagnant. Parce que la production des minerais et des produits transformés connait une augmentation sans cesse depuis quelques années. A titre illustratif, en 2016, la production nationale annuelle du cuivre en Rdc n’était que 840.000 tonnes. En 2021, la production congolaise a atteint 1.800.000 tonne. Elle a presque doublé en 5 ans.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube