L’administration Biden sape le principe de la Chine unique

Mercredi, l’ambassadeur de Chine aux Etats-Unis, Qin Gang, a critiqué l’administration Biden, l’accusant de saper le principe de la Chine unique par son soutien aux sécessionistes de Taiwan et d’exacerber les tensions avec ses soi-disant « revendications en matière de droits humains » sur les questions de Hong Kong et du Xinjiang.

Au cours d’une discussion en marge du Forum sur la sécurité de l’Institut Aspen, Qin Gang a détaillé la politique et la position de la Chine vis-à-vis de ses relations avec les Etats-Unis, de la question de Taiwan, des problématiques à Hong Kong et dans le Xinjiang, de la crise ukrainienne ou encore du Partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP), a annoncé jeudi l’ambassade de Chine aux Etats-Unis sur son site internet officiel.

A la question de savoir si la Chine et les Etats-Unis étaient entrés dans une « nouvelle Guerre froide », l’ambassadeur a rappelé que la Guerre froide avait été une tragédie dans l’histoire mondiale, ainsi qu’un synonyme d’aliénation, de division, de confrontation et de conflit.

« Les gens s’inquiètent d’une possible répétition de la Guerre froide, car certaines personnes restent attachées à la mentalité de la Guerre froide et perçoivent de manière erronée la Chine de la même façon que l’ancienne menace de l’Union soviétique. Or, la Chine n’est pas l’ancienne Union soviétique et le Parti communiste chinois n’est pas le Parti communiste de l’Union soviétique », a remarqué Qin Gang.

« La Chine aime la paix, suit sans faillir la voie d’un développement pacifique et promeut activement l’édification d’une communauté de destin pour l’humanité. Voir la Chine comme une menace, c’est se tromper d’adversaire », a insisté l’ambassadeur.

D’après lui, une « nouvelle Guerre froide » ne ferait que des perdants et pas de gagnant. Elle ne ferait qu’ériger un nouveau mur de Berlin et replonger le monde dans la tourmente et la division, avec des conséquences insupportables pour l’humanité. La Chine, ni aucun autre pays, ne veut d’une « nouvelle Guerre froide ».

Concernant la question taiwanaise, Qin Gang a déclaré que celle-ci avait toujours été la question fondamentale la plus importante et la plus sensible dans les relations sino-américaines.

« La Chine aime la paix et la dernière chose que nous souhaitons est que nos compatriotes se querellent entre eux. Nous nous efforcerons d’accomplir l’objectif de la réunion pacifique avec la plus grande sincérité. Afin d’empêcher la perspective de paix d’être sapée, nous devons adhérer sans faillir au principe de la Chine unique, qui constitue le fondement politique des relations sino-américaines, ainsi que la pierre angulaire de la paix à travers le détroit », a souligné l’ambassadeur.

Au cours de ces dernières années, les autorités de Taiwan ont refusé d’accepter le principe de la Chine unique et poursuivi « l’indépendance progressive de Taiwan » avec l’aide des Etats-Unis. Dans le même temps, Washington a déformé et vidé de son sens le principe de la Chine unique, amélioré aveuglément ses relations officielles avec l’île de Taiwan, envoyé de hauts responsables en visite officielle sur l’île, vendu à Taiwan un grand nombre d’armements avancés et fait des remarques erronées concernant la « défense militaire de Taiwan ».

« Nous n’abandonnerons pas les moyens non pacifiques, pas contre les habitants de l’île, mais afin de contenir les forces en faveur de « l’indépendance de Taiwan », de prévenir les interférences externes et de préserver les perspectives d’une réunification pacifique de la Chine. […] Nous espérons que les Etats-Unis tiendront leur parole et s’opposeront fermement à « l’indépendance de Taiwan ». Laissez une chance à la paix, laissez la paix gagner », a expliqué Qin Gang.

Sur les questions liées à la région autonome ouïgoure de Xinjiang et à la Région administrative spéciale de Hong Kong, Qin Gang a déclaré que les soi-disant problèmes à Hong Kong et au Xinjiang ne concernaient en aucun cas la démocratie, les droits de l’homme, les groupes ethniques ni la religion, mais plutôt la lutte contre la violence, le terrorisme et le séparatisme, la protection de la vie de la population et la sauvegarde de la souveraineté, de la sécurité et des intérêts de développement de la Chine. Selon lui, il ne faut pas laisser le Xinjiang devenir un autre « Etat islamique ».

Après la rétrocession de Hong Kong à la mère-patrie, la décolonisation devait être réalisée, Hong Kong devait être gouvernée par des patriotes et le principe « Un pays, deux systèmes » devait être mis en œuvre de façon constante. Comme l’a remarqué le président américain Abraham Lincoln : « Une maison divisée contre elle-même ne peut subsister. » « La Maison de Chine va devenir plus forte et tiendra bon », a souligné Qin Gang.

En ce qui concerne la crise ukrainienne, l’ambassadeur a noté que des raisons historiques et concrètes complexes étaient derrière celle-ci.

« Face à la crise ukrainienne, la Chine établit toujours son propre jugement en se basant sur les faits. La Chine maintient que l’intégrité territoriale souveraine de tous les pays devrait être respectée, que les objectifs et les principes de la Charte des Nations unies devraient être respectés, que les préoccupations sécuritaires légitimes de tous les pays devraient être écoutées et que tous les efforts propices à une résolution pacifique de cette crise devraient être soutenus. La position de la Chine est objective et équitable, et la position de l’Inde, du Brésil, de l’Afrique du Sud, de l’Indonésie et de la majorité des pays en développement est similaire », fait-il remarquer.

A l’heure actuelle, l’impact de la crise ukrainienne continue de s’étendre, donnant lieu à de nombreux risques impliquant l’économie, l’approvisionnement énergétique, la sécurité alimentaire et des vagues de réfugiés. D’après l’ambassadeur, il est impératif de parvenir à un cessez-le-feu et de reprendre les négociations de paix. Les Etats-Unis et l’OTAN devraient également reprendre les négociations avec la Russie, chercher des solutions en prenant en compte leurs inquiétudes légitimes réciproques et construire une architecture sécuritaire européenne qui soit équilibrée, efficace et durable.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube