« Laissez les groupes armés se disqualifier par leurs revendications infondées » (Daniel Makila K., Analyste politique)

On ne saurait aborder la problématique de l’insécurité récurrente à l’Est sans interroger la spécificité géostratégique de cette partie de la République. A la différence du caractère pacifique et cordiale des relations entre la RD-Congo et ses six autres voisins, depuis 1996, la situation est restée trouble dans les territoires frontaliers avec le Rwanda, l’Ouganda et dans une moindre mesure le Burundi. Plusieurs malheureux concours de circonstance ont constitué des facteurs irréparables de cette situation, dont le plus déterminant a été le génocide au Rwanda, avec l’afflux massifs des réfugiés en RDC et l’arrivée au pouvoir à Kigali en 1994 du FPR de Paul Kagame avec le soutien des USA.

Pourtant, l’explication n’est pas à rechercher ailleurs. Tous les rapports d’enquêtes de ces dernières années sont formels. On compte parmi ceux-ci, les rapports des ONG neutres et de l’ONU. Cette dernière déploie par ailleurs en RDC depuis plus de 20 ans une mission couteuse, soi-disant de maintien de la paix avec près de 20.000 hommes, mais qui fait plutôt du tourisme et des trafics illicites de tous genres avec le soutien des lobbies maffieux occidentaux. C’est clairement établi, les groupes armés de l’Est de la RDC opèrent en sous-traitance, manipulés par des intérêts économiques de ces lobbies obscurs, en lien avec les autorités du Rwanda et de l’Ouganda, principalement. Du coup, il se dégage plus manifestement qu’aucun groupe armé national ou étranger écumant les zones minières à l’Est ne dispose d’un cahier de charges et un agenda politique réel et légitime. Même le fameux M23 doté d’une force militaire comparable à celle d’un Etat, ne peut justifier de son activisme à la lumière d’une seule disposition de la constitution.

Aussi, personne n’est dupe à imaginer que le M23 opère en toute indépendance, sans recourir à l’armée rwandaise qui lui sert visiblement de force opérationnelle, de base arrière, de stratégie et moyens de repli. D’où viennent leurs armes et équipements individuels, si ce n’est d’un pays voisin dont ils sont adossés, le Rwanda en l’occurrence ? Les ADF ne sont pas en reste. Ils bivouaquent, tuent, pillent à l’Est de la RDC en connivence avec les autorités militaires de leur pays d’origine qu’est l’Ouganda, lequel n’est pas inexplicablement concerné par ses actes de terrorisme. Tous les autres groupuscules soutenus par ces deux pays fonctionnent avec la même logique de créer des zones de non-droits échappant au contrôle de l’Etat congolais afin d’alimenter leurs économies respectives basées essentiellement sur la razzia et la rapine. Mettre fin à cet état de chose est suicidaire pour l’économie de ces deux pays, dont les deux chefs d’Etat ont été des chefs de rébellions et savent bien faire ce qu’ils font. Toutes les autorités et officiels présents au sommet de Nairobi ou ailleurs dans toutes les chancelleries, en commençant par les USA, le savent avec pertinence.

Reste qu’il faille procéder par la diplomatie de petits pas chère à Henri Kissinger. Raison d’optimiser le dialogue consultatif proposée à la RDC par le sommet de Nairobi, avec comme objectif de recenser dans la mesure du possible ces groupes armées et de comprendre les diverses motivations de leurs rebellions respectives contre le gouvernement central. Passé cette étape d’explication, il va se dégager qu’aucun groupe armé ne saurait constitutionnellement et en toute bonne foi justifier son retranchement militaire dans les zones minières. Le gouvernement de la république aura ainsi toutes les raisons d’user de la force dans le cadre d’une feuille de route claire et irréversible. Et pourquoi pas, suivre l’exemple du Mali et de la république centrafricaine qui ont finalement compris que les meilleurs amis en relation internationale sont ceux qui visent la coopération gagnant-gagnant et non ceux qui, par une diplomatie néocolonialiste et impérialiste, ne procèdent que par l’exploitation de l’un par l’autre.

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube