Lancement du SIGMAP : Fatshi pour l’extension de l’outil informatique

Au lancement du système Intégré de Gestion des Marchés Publics (SIGMAP), le président de la République a recommandé au gouvernement d’étendre l’usage de cet outil informatique  à toutes les entités publiques à savoir : les autres administrations du pouvoir central, des entreprises et établissements publics, les provinces et les entités territoriales décentralisées.  Car, il renforcera la transparence dans la gestion des marchés publics tant dans leurs passations que dans leur exécution de contrôle.

Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a lancé officiellement, lundi 29 août 2022, le système Intégré de Gestion des Marchés Publics (SIGMAP), à l’hôtel Rotana de Kinshasa. Un outil du ministère du Budget qui consiste à renforcer la transparence dans la gestion des marchés publics et générer des économies substantielles pour le Trésor public.

Le SIGMAP est un système efficient qui permet de : coordonner les liaisons fonctionnelles entre les acteurs du système pour la gestion des opérations de marchés publics ; centraliser, traiter et diffuser toute information sur les marchés publics ; suivre la mise en œuvre des procédures par la traçabilité des opérations à n’importe quelle étape de leur déroulement ; suivre l’exécution des prestations ;  suivre et évaluer les performances du système.

Dans son allocution, le ministre d’État, ministre du Budget Aimé Boji Sangara a salué la mise en œuvre de cet outil informatique qu’il a considéré  comme la réponse aux faiblesses des marchés publics, ainsi  que la gestion des finances publiques. Sa mise en œuvre, a-t-il indiqué, permettra à chaque acteur de connaître les conditions pour lesquelles la passation des marchés publiques est organisée.

Le Chef de l’État a, à son tour, indiqué que cette date symbolise pour la RDC son entrée dans l’ère du numérique  pour l’amélioration de la transparence et de la modernisation des procédures de l’outil de gestion des marchés publics.

« Cette date matérialise et témoigne de notre volonté politique et de notre engagement à relever un double défi.  Ce dernier consiste premièrement à matérialiser des reformes imprimées dans la gouvernance des finances publiques et deuxièmement, il porte à relever efficacement le niveau de l’amélioration de la qualité des dépenses publiques‘’, a dit le Président de la République.

Il a ensuite souligné que dès lors, l’initiation informatique intégrée, est un système informatique intégré, il doit pouvoir permettre à notre pays d’accélérer sa marche sur la voie du développement. Il s’agit ici, d’un mécanisme permettant de garantir la sécurité des fonds. Bien plus ce logiciel, un produit 100% congolais, prouve à suffisance  que la RDC peut contribuer à la révolution du numérique  à laquelle le monde est engagé. C’est aussi une façon de donner de vœu à l’article 35 alinéa 2 de la Constitution de notre pays, qui prescrit : au pouvoir public de veiller à la protection et à la promotion de l’expertise et de compétence nationale.

Le satisfecit du président de la République

Le Président de la République a, lors de la cinquante-huitième réunion du Conseil  des ministres, instruit le ministre du Budget,  de prendre sans délais, toutes les mesures nécessaires pour le lancement effectif de la phase pilote  du Projet de Système Intégré pour la Gestion des Marchés Publics.

Le Président de la République a rappelé sa ferme volonté de voir effective la transformation numérique en République Démocratique du Congo. Pour lui, cela constitue un catalyseur de développement pour notre pays. Pour ce faire, l’action gouvernementale doit être nettement orientée vers cette visée de numérisation de tous les secteurs de l’Administration publique.

Saluant les efforts notables déjà enregistrés dans ce domaine au sein de certains Ministères notamment la sécurisation des Titres fonciers et immobiliers et la numérisation du Cadastre foncier, le Président de la République a insisté sur la nécessité de couvrir tout le champ de l’Administration publique.

D’où, la nécessité et l’urgence d’accélérer la mise en place du cadre légal y relatif pour assurer un encadrement approprié à ce secteur émergent. Le Premier ministre a été chargé de veiller à ce qu’un projet de Loi soit déposé à l’Assemblée nationale, au courant de la session de septembre de l’année en cours, pour examen et adoption.

Du bien-fondé du SIGMAP

Soulignons que lors du même conseil des ministres, le Ministre d’Etat, Ministre du Budget a informé le Conseil du bien-fondé et des fonctionnalités du Système Intégré de Gestion des Marchés Publics (SIGMAP) qui offre la possibilité d’automatiser l’ensemble des procédures en réduisant le délai de traitement des dossiers et en assurant leur traçabilité ainsi que la production automatique des statistiques.

Il a indiqué que cette plateforme informatique va concourir également au renforcement de la transparence dans la gestion des marchés publics et générer des économies substantielles pour le Trésor Public.

Ce système efficient comporte sept principales fonctionnalités, à savoir : L’enregistrement des plans de Passation des Marchés et le traitement automatisé de contrôle a priori ; la gestion et la publication des avis des marchés publics ; la gestion de toutes les opérations de passation des marchés publics ; le suivi de l’exécution des marchés publics ; la gestion des recours ; le suivi de toutes les opérations des marchés publics à travers un tableau de bord ; et la production automatique des statistiques.

Donnant suite aux recommandations du Président de la République, faites lors de la réunion du Conseil des Ministres tenue le 17 juin 2022 relatives à la nécessité d’accélérer la mise en œuvre effective de la phase pilote du Projet de Système intégré de Gestion des Marchés Publics (SIGMAP), le Ministre d’Etat, Ministre du Budget a informé le Conseil de l’organisation de l’Atelier de lancement dudit système le 29 août 2022 à Kinshasa.

La mise en place du SIGMAP concrétisera l’une des réformes phares du Gouvernement préconisées par la Stratégie de la Réforme des Finances Publiques. Elle matérialisera également l’un des engagements pris dans le cadre du Programme Économique conclu avec le Fonds monétaire international.

Jean-Marie Nkambua

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube