Le FCC dit niet à l’élection des gouverneurs : Les raisons

Comment peut-on accompagner la forfaiture et avaliser la dictature qui s’installe au pays et se dire patriote ?

À ce propos, Jules-Paul Tardivel n’avait-il pas raison de souligner ce qui suit : « Le vrai patriote s’inquiète, non du poste qu’il doit occuper dans la patrie, mais du rang que la patrie doit atteindre parmi les nations ?

En effet, la RDC laissée par Joseph Kabila avait mis le pays sur le rail de la démocrate et de la stabilité des institutions. C’est ce pays qu’il a légué à Félix Tshisekedi laquelle, malheureusement, a perdu son âme par sa gestion chaotique de la chose publique.

Prenons les choses dans l’ordre.

  1. La constitution a été violée sur la désignation des juges à la Cour Constitutionnelle qui compte actuellement et techniquement 11 membres au lieu de 9.
  2. Le basculement de la majorité en pleine législature qui a à son tour violé la constitution.
  3. La déstabilisation des Assemblées provinciales et des gouverneurs de province qui a aussi violé la constitution
  4. La désignation des membres de la Ceni non-indépendante (suivez mon regard) en violation de la constitution et de la loi organique qui crée la Ceni.

La liste des abus de pouvoir à mettre sur le compte de ce pouvoir est extrêmement longue…

Quand Fatshi prenait la commande du pays, il n’y avait rien de tout cela. Alors comment des gens qui se sont battus pour instaurer la démocratie et la stabilité des institutions peuvent-ils se résoudre d’abdiquer devant le régime des jacobins ? Le Congo est plus fort que la témérité des gens qui croient tout se permettre.

Aux Congolais et à la communauté internationale, nous accusons. D’ailleurs, quand on parle de la situation des élections, les tenanciers de l’actuel pouvoir se vantent d’avoir la Ceni et la Cour Constitutionnelle avec eux. Mais dans sa constance, le FCC réitère sa position sur le strict respect des délais constitutionnels en 2023 ainsi que sur une Ceni consensuelle.

« Ce qu’il faut préciser en plus est que la position prise par la famille politique du président Joseph Kabila sur les élections des gouverneurs des provinces n’est pas un boycott, mais plutôt un refus d’accompagner la forfaiture. Après la nuit vient toujours la lumière. Le peuple n’est plus naïf ».

Concluons par cette pensée de Cicéron : « Les hommes sont comme les vins : avec le temps, les bons s’améliorent et les mauvais s’aigrissent ». Le temps révèle les vrais visages.

L’archange Papy Tamba,

Le Papy le plus célèbre de la RDC

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube