Le pape François salue la mémoire du cardinal Laurent Monsengwo

« Cet homme de science, ce grand homme spirituel et ce Pasteur intensément dévoué au service de l’Eglise… Homme épris de justice, de paix et d’unité ». C’est en ces termes que le pape François salue la mémoire du cardinal Laurent Monsengwo, archevêque émérite de Kinshasa, en République démocratique du Congo, qui s’est éteint en France le 11 juillet 2021, à l’âge de 81 ans.

Originaire de Mongobele, dans la province de Bandundu, où il naquit au sein d’une famille royale locale, Laurent Monsengwo a étudié à Rome, à l’Université pontificale urbanienne, avant d’être ordonné prêtre le 21 décembre 1963, par le cardinal Grégoire-Pierre Agagianian, alors préfet de Propaganda Fide.

De 1964 à 1970, il étudia aux Instituts bibliques de Rome et de Jérusalem, où il fut le premier africain diplômé, sur le thème : «La notion de nomos dans le Pentateuque grec». Il enseigna ensuite l’exégèse en RDC.

A 41 ans, il fut nommé évêque auxiliaire d’Inongo par Jean-Paul II, qui le consacra évêque le 4 mai 1980, au cours de son voyage apostolique en Afrique. Un an après, le 7 avril 1981, il est nommé évêque auxiliaire de Kisangani puis archevêque du diocèse en 1988.

Dès 1984, il est élu président de la Conférence épiscopale, « rôle insolite pour un évêque auxiliaire », peut-on lire dans sa biographie publiée par le Vatican. Il a été également président du Symposium des Conférences épiscopales de l’Afrique et de Madagascar (Secam).

Benoît XVI le nomma archevêque de Kinshasa en 2007, le créa cardinal lors du consistoire du 20 novembre 2010 et lui demanda de prêcher la retraite de carême de la Curie romaine en 2012.

Très engagé pour la paix et la réconciliation dans la région des Grands Lacs, le cardinal a fait partie du mouvement Pax Christi international dont il a été co-président. Dans son pays, il présida la Conférence nationale et le Parlement de transition après la chute de la dictature de Mobutu.

Le cardinal Monsengwo a toujours « élevé la voix pour défendre les droits des personnes et pour dénoncer les violences », ainsi que pour dénoncer « les problèmes sociaux et politiques » du continent et « les tentatives d’exploiter et de marginaliser l’Afrique ».

Premier africain à être secrétaire spécial d’un Synode des évêques en 2008 (sur la Parole de Dieu), il a aussi présidé celui sur la nouvelle évangélisation en 2012 et a participé aux synodes sur la famille (2014 et 2015).

Au sein de la Curie romaine, il fut consulteur de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples et membre du Conseil pontifical Justice et Paix. En 2013, peu après son élection, le pape François le nomma membre du Conseil des cardinaux chargé de l’assister dans la réforme ecclésiale.

Voici le télégramme de condoléances que le pape a fait parvenir après son décès.

Télégramme du pape François

Ayant appris avec tristesse le décès du Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, Archevêque émérite de Kinshasa, je vous adresse mes vives condoléances ainsi qu’à sa famille, aux Évêques auxiliaires et aux fidèles des diocèses d’Inongo, de Kisangani et de Kinshasa dont il a été successivement le Pasteur. Je demande au Père de toute miséricorde d’accueillir dans sa paix et dans sa lumière cet exégète, cet homme de science, ce grand homme spirituel et ce Pasteur intensémentdévoué au service de l’Eglise, partout où il a été appelé. Attentif aux besoins des fidèles, rempli de courage et de détermination, le Cardinal Monsengwo a consacré sa vie de prêtre et d’évêque à l’inculturation de la foi et à l’option préférentielle pour les pauvres. Il a ainsi incarné la mission prophétique de l’Eglise.

Homme épris de justice, de paix et d’unité, il s’est fortement impliqué dans le développement humain intégral en République Démocratique du Congo.

Le Cardinal Monsengwo a été une grande figure écoutée et respectée de la vie ecclésiale, sociale et politique de la nation et s’est toujours engagé pour le dialogue et la réconciliation de son peuple. Sa contribution a été significative pour l’avancée du pays. Fidèle et proche collaborateur ces dernières années, il n’a cessé d’apporter sa contribution à la vie de l’Eglise universelle. En gage de réconfort, je vous adresse la Bénédiction apostolique, ainsi qu’aux Évêques auxiliaires, aux prêtres, aux personnes consacrées, à la famille du Cardinal défunt et à ses proches, aux diocésains et à toutes les personnes qui prendront part à la célébration des obsèques.

Franciscus

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube