« Le PDL-145T est un programme qui inspire espoir » (Daniel Makila)

Foi de technocrate expérimenté, neutre et objectif dans le domaine des investissements, Daniel Makila assume sans crainte d’être contredit de croire que le PDL-145T est un programme qui inspire espoir. Il est la convergence de plusieurs études sur le développement intégral de l’arrière-pays, dont le DSRP qui pourrissait dans les tiroirs poussiéreux du ministère du plan. Le PDL-145T intervient après près de 50 ans d’obsolescence quasi infernal des infrastructures de base, à la suite des mesures irrationnelles de zaïrianisation de triste mémoire.

Réussi même à 50%, pense-t-il, le PDL-145T aura vocation à remettre structurellement plus de la moitié de la population active au travail générateur de la croissance économique et fera bouger les lignes de la lutte contre la pauvreté. Un programme bien conçu est déjà le gage de son succès. C’est le cas pour le PDL-145T, pour l’avoir lu avec les lunettes de technocrate. Pour autant qu’il faille mettre tous les moyens, de la détermination patriotique, de la discipline, de la rigueur, de l’objectivité et de l’impartialité dans le choix des hommes et des acteurs privés qu’il faut là où il le faut.

En attendant, il est utile d’accorder un préjugé favorable à ce programme salutaire. Le PDL-145T n’est pas l’affaire d’un parti politique. Loin s’en faut dès lors que le ventre creux n’a point d’idéologie politique. Il s’agit ici de mener le vrai combat patriotique dans lequel il n’y a ni acteurs d’un côté et des spectateurs de l’autre. Ce combat s’appelle « lutte contre la pauvreté ».

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube