Localisation des réfugiés rwandais de Brazzaville: La visite de Kagame à Brazzaville doit intéresser Kinshasa

Alors que depuis un moment, la belle amitié entre Kinshasa et Kigali, affichée depuis la ‘passation pacifique et civilisée’ de pouvoir entre Joseph Kabila Kabange et Félix Antoine Tshisekedi, donne d’autres signaux actuellement si l’on scrute les événements entre les deux pays ces derniers temps, Brazzaville et Kigali multiplient d’actes de renforcement des liens. Le Chef de l’Etat rwandais, Paul Kagame s’est rendu à Brazzaville pour une visite d’Etat de 72 heures. Dans son programme de travail, mardi 12 avril 2022, il y a eu signatures de plusieurs accords de coopération.

L’histoire a suffisamment prouvé que ce qui se passait dans les territoires des pays limitrophes a souvent eu des répercussions sur la République démocratique du Congo. En outre, cette  visite coïncide avec la période commémorative du génocide rwandais dont le point culminant était atteint le 6 avril 1994. La RDC a subi le contrecoup des effets de ce conflit communautaire.  On peut les énumérer en trois phases qui ont principalement caractérisé ces conflits : l’émergence du mouvement dit ‘Tutsi power’ partant de l’Ouganda et qui culmina avec le génocide rwandais (1990 – 1994); la guerre de l’AFDL (1996-1997) et les ‘rebellions –agressions’  des groupes armés proches du Rwanda  (1998-2003). A noter que ce sont les mutations des groupes résiduels ougandais  du régime de l’ancien chef de l’Etat Idi Amin Dada qui est la matrice du groupe terroriste salafiste ADF/Nalu. Les faits montrent que le nébuleux ‘terrorisme islamique’ des ADF /Nalu, ainsi que les pseudos-rebellions dans la partie orientale de la République, ne constituent que la partie visible d’une maffia téléguidée de l’extérieur avec des complicités intérieures, autour des richesses minières de la RDC. Le tout avec implication des leaders locaux et autres vassaux dans les pays voisins.

Les vagues de ce conflit se sont diffusées jusqu’au Congo-Brazzaville qui a accueilli sur son sol certains réfugiés rwandais qui ont traversé la RDC.  En ces jours, ces réfugiés ne sont plus pris en charge par les Nations-Unies via le Haut-commissariat aux réfugiés (HCR). 28 ans loin de la mère patrie, après ces événements douloureux, ces Rwandais au Congo-Brazzaville ne se bousculent pas à la porte du pays de mille collines, pour des raisons sécuritaires. Pourtant, le Rwanda ne cesse de clamer sa volonté de les voir rentrer au bercail.

Ce dossier de rapatriement des réfugiés rwandais ne doit pas laisser les dirigeants congolais indifférents. Dans le cas où une solution définitive ne serait pas trouvée, il y a risque que ces Rwandais de Brazzaville n’envisagent mieux que le vaste  territoire de la RDC pour y être ‘relocalisés’ clandestinement . ‘’Gouverner, c’est aussi prévoir’’, renseigne une théorie d’Administration. Cela dans un contexte où les frontières poreuses de la RDC sont un maillon faible dans la gamme de stratégies que le pays a toujours mise au-devant, pour se sortir de la longue crise.

  Willy Makumi Motosia

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube