Lutte contre la faim en Rdc: Les petits producteurs agricoles congolais s’appuient à la main tendue du PAM

L’insécurité alimentaire frappe de plein fouet le Congo démocratique. Toutes les provinces du pays sont confrontées à une crise alimentaire aigüe, surtout dans les provinces en proie aux groupes armés et même la capitale n’est pas épargnée. Face à ce stade très alarmant qui fonce le pays de Lumumba dans la famine, les petits producteurs agricoles congolais s’appuient à l’aide du Programme alimentaire mondial (PAM), afin de sortir la Rdc de la crise alimentaire qui taraude les citoyens congolais.

En effet, l’insécurité alimentaire en République démocratique du Congo est due à l’insécurité, l’exode rural, aux restrictions sanitaire de la Covid-19 qui ont entraînées la perte d’emplois des plusieurs chefs des familles. Et s’il faudrait énumérer une autre cause de la crise alimentaire en Rdc, il y a aussi le manque de soutien gouvernemental aux petits producteurs agricoles congolais qui disent manquer d’infrastructures, des outils nécessaires mais également le moyen financier pour relever ce secteur qui marche en béquille en RD Congo.

Cependant, la faible production agricole en Rdc entraine la hausse de prix des denrées alimentaires ; hors les revenus de plusieurs ménages sont en baisse y égard à la fermeture des frontières suites aux restrictions liées au coronavirus. Faute de quoi se nourrir, le phénomène « enfants mendiants » s’accroît de plus en plus à Kinshasa. Certaines familles exposent les plus jeunes à la mendicité pour avoir de quoi mettre sous la dent ; d’autres vont plus loin, jusqu’à marchander leurs corps afin de subvenir aux besoins de leurs familles. Ces sont les prostituées du quartier Paka-Djuma, un site de la municipalité de Limete réputé comme bastion des prostituées dans la capitale congolaise.

Par ailleurs, l’agriculture est un pilier majeur pour non seulement stopper la faim en Rdc, mais aussi et surtout développer le Congo démocratique. Mais ce secteur souffre très souvent de la marginalisation, déplore Rosalie Biuma, présidente des paysans producteurs agricoles de Kinshasa et administratrice à la confédération nationale des producteurs agricoles du Congo, qui appelle à l’aide du Programme alimentaire mondial dans le but de sauver ce secteur qui s’éteint à petit feu.

En réponse, le PAM dans ses objectifs de sauver des vies, promet d’appuyer quiconque des producteurs agricoles congolais qui frappera à sa porte. C’est une affirmation de Natasha Nadazdin, directrice adjointe chargée des Opérations du Programme alimentaire mondial qui martèle sur la détermination de cette structure onusienne à résoudre le problème de la faim en RDC. Natasha Nadazdin salue en outre l’apport significatif des femmes dans la moitié de la production agricole mondiale pour une sécurité alimentaire de tous.

Enjeux liés au climat

Face aux enjeux climatiques qui gangrènent l’humanité entière, le Programme alimentaire mondial se dit prêt à travailler en symbiose avec les femmes du secteur agricole afin de protéger l’environnement mondial contre le réchauffement climatique. De leur côté, les paysans producteurs agricoles de Kinshasa sensibilisent tous les amoureux de l’agriculture sur les effets néfastes de champs sur brûlures qui endommagent le climat.

En définitive, le secteur agricole congolais est à 80% tenu par les femmes qui donnent tout leur potentiel afin d’assurer la sécurité alimentaire du pays entier. Il est donc nécessaire que le gouvernement s’y implique pour non seulement soutenir la bravoure féminine pour la promotion du genre, mais aussi et surtout appuyer ce secteur qui éprouve beaucoup de difficultés. Toutefois, les femmes agricultrices congolaises ont déjà l’espoir de sauver l’agriculture en Rdc avec l’appui humanitaire du PAM qui est déterminé à supprimer la faim au Congo démocratique.

Hortense Kanvu

Leave a Comment

Visit Us On FacebookVisit Us On LinkedinVisit Us On InstagramVisit Us On Youtube